Le monde de Sword Art Online s'offre à vous, survivrez-vous à l'aventure...?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Au vu du prochain affrontement contre le boss du trentième palier, un camp d'entraînement a été mis en place aussi bien pour le combat que pour l'artisanat. N'hésitez pas à participer !

Partagez

The girl from the unknown darkness (Finie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Voleur

Shirayuki

Je m'appelle Shirayuki et je suis Voleur


Messages : 4
Date d'inscription : 17/05/2019


The girl from the unknown darkness (Finie) Empty
MessageSujet: The girl from the unknown darkness (Finie) The girl from the unknown darkness (Finie) EmptySam 18 Mai - 0:15


Shiratsuki Setsuka

« "Y'a rien de pire que l'habitude. Prenez t-trop vos aises et v-vous vous ferez v-vite surprendre. Et dans ce m-monde, comme pour tout : "s-surpris" est un autre mot pour "mort"  " »




Feat. :Fate apocrypha- Assassin of black

Pseudonyme : Shirayuki

Âge : 12 ans

Date d'anniversaire : 1 février

Fille ou garçon ? : Fille

Nationalité :Japonaise

Classe : Voleuse

Et ton arme ? : Dague

Autres compétences : Dissimulation, traque

Ce que tu aimes : Shirayuki a une préférence pour l'observation et les tactiques "indirectes". Elle aime également les activités "normales" telles que marcher, courir ou même grimper aux arbres (ou tout autre point élevé). En règle générale, elle aime beaucoup observer la vie autour (ou  plutôt en dessous) d'elle depuis une position "confortable". Cependant, ce qu'elle aime le plus est de "jouer à cache-cache". La jeune fille chérit généralement sa liberté et est donc prête à tout pour la garder. Elle aime également beaucoup un certain garçon... ou plutôt l'aimait. Le manteau de cuir qu'elle porte étant tout ce qui lui reste de lui, elle en prend jalousement soin.

Ce que tu n'aimes pas : Shirayuki déteste les players killers et a une dent particulièrement prononcée envers une personne en particulier (dont elle refuse cependant de donner le nom). Elle déteste par ailleurs rester assise ou couchée plus que le strict nécessaire et ne SUPPORTE ABSOLUMENT PAS d'avoir les mouvements entravés d'une manière ou d'une autre. Par ailleurs, elle semble détester qu'on tente de lui dire quoi faire, même avec les meilleures intentions possibles ce qui ne l'empêche pas de pouvoir combattre avec quelqu'un si besoin est.

Histoire x 360 mots min

Comme beaucoup des prisonniers de SAO, l'histoire de Shirayuki dans la vie réelle est inconnue ou peu documentée, bien que certains points dans son comportement général laissent à penser à une existence pour le moins... agitée ou en tous cas, inconfortable.

Le fait est que la jeune fille, de son vrai nom Shiratsuki Setsuka est née le premier février 2011 dans la ville de Gotenba, sur l'un des versants du Mont Fuji. Née de l'union entre Shiratsuki Toshio , un magistrat et Shiratsuki Kagami , garde forestière d'Aokigahara, la fillette fut très jeune extrêmement proche de la nature... Bien qu'elle ne fut jamais autorisée à suivre sa mère dans la forêt pour des raisons évidentes. Une enfant connue dans sa ville natale dès l'âge de quatre ans pour son goût pour le moins précoce pour l'escalade et l'observation animale.

Les habitants du coin la connaissant pourraient tous dire la même chose : Setsuka était, de naissance, une fillette adorable, mais aussi extrêmement timide, douce et silencieuse. Une ombre minuscule qui semblait prête à se réfugier derrière les jambes de sa mère au moindre regard trop appuyé dans sa direction générale. En grandissant, ce trait n'a jamais disparu, bien que certains pensent encore qu'il aurait pu, si seulement les autres enfants n'avaient pas été si horribles avec elle. Car oui, n'importe quel expert vous dira que rien dans le monde ne peut être plus cruel qu'un enfant. Le comportement timide et effacé de la jeune fille en fit rapidement une proie de choix pour la plupart des idiots de son école, avec beaucoup de moquerie et de solitude. C'est pour cette raison avant tout que la fillette grandit en prenant rapidement un caractère timide, discret et pratiquement anthropophobe par la suite. Il va de soi qu'elle commença très jeune à poursuivre l'isolation... au point de se mettre rapidement à chercher des lieux retirés ou suffisamment bien cachés pour qu'aucune personne de "bon sens" ne pourrait venir la chercher. C'est suite à cela que sa passion pour l'escalade commença. Une passion qui aurait trois ans plus tard un résultat pour le moins tragique.

Entre Setsuka et ses parents, ça n'a jamais été l'entente cordiale... Ou plutôt, la proximité n'a jamais été trop grande. Entre un père constamment à cran et une mère généralement lointaine au mieux, absente au pire, la fillette était pour ainsi dire constamment seule. Une chose qui là encore aurait des effets ravageurs par la suite. Bien sur, n'importe qui pourrait trouver des circonstances atténuantes aux deux adultes : le métier d'avocat n'est pas toujours calme et encore moins sécurisant. Et contrairement à ce qu'on pourrait croire, être garde forestière dans un lieu comme Aokigahara est probablement l'un des métiers les plus troublants et pressants. Avec le recul, la fillette a depuis longtemps compris cela et a au moins pu pardonner cette période à ses géniteurs. Mais... Cet isolement a laissé des traces qui marquent encore durablement la jeune fille. Des plaies gravées aussi bien dans son corps que dans son âme. Cependant, la fillette avait au moins une chose : beaucoup de personnes âgées à Gotenba adoraient les enfants. Certaines avaient beaucoup d'histoires à raconter et trouvèrent aisément une oreille attentive en la personne de la petite fille lorsque les parents de cette dernière étaient occupés. C'est surtout pour cette raison qu'elle put grandir entourée de multiples mythes et histoires liées entre autre à l'énorme volcan, mais aussi (et surtout) à la forêt et à la véritable horde d'esprits et démons supposés y vivre. Ironiquement cependant, sa légende préférée ne venait pas d'Aokigahara, mais de l'île d'Hokkaido : la légende des Yuki-onnas, fantômes féminins des neiges dont la reine se nommait "Shirayuki-hime".

Setsuka n'avait que neuf ans quand elle perdit l'usage de ses jambes. Un accident bête, pourtant aisément évitable. Un accident qui, trois ans ans plus tard est la cause principale de la citation préférée de la jeune fille : "Y'a rien de pire que l'habitude." Une phrase qui prend tout son sens quand on sait comment elle perdit sa mobilité. Grimper sur un toit. Une activité qu'elle fit de nombreuses fois. Ce toit en particulier lui était familier, étant son préféré pour aller observer le crépuscule. En bref, quelque chose qu'elle avait l'habitude de faire... et qui détruisit tout simplement son avenir. Trois ans plus tard, elle est incapable de se rappeler clairement de ce qu'il s'est passé ce jour là... juste que sa main droite venait de se poser sur la corniche et d'un cri qui la fit sursauter et lâcher prise. L'horrible douleur lorsque son dos percuta violemment le sol fut la dernière chose dont elle se souvint. Ce ne fut que quelques temps plus tard qu'elle apprit que le cri avait en fait été une tentative d'un garçon de sa classe de l'avertir qu'une pierre sur laquelle elle avait posé le pied était sur le point de lâcher. Même si le garçon se répandit plus tard en excuses, se croyant responsable de sa chute en l'ayant surprise, elle serait tombée d'une manière ou d'une autre... Un détail qu'elle ne partagera jamais avec quiconque, à part lui. Elle savait que cette pierre était branlante : elle avait pu se rendre compte une fois avant cette dernière ascension. Mais par habitude (et en pensant que son poids plume limitait les risques), elle avait utilisée la même voie, scellant son propre destin.

La suite fut un enfer pour elle : incapable de sentir ses jambes, sa première réaction fut la panique avant d'être envahie par une froide apathie. Choqué par ce qu'il croyait encore être sa faute, le garçon, appelé Kojiro vint la voir plusieurs fois à l'hôpital, juste pour être régulièrement chassé par les parents enragés de la jeune fille... En dépit de deux tentatives de cette dernière de leur expliquer que le garçon n'était pas entièrement responsable. Bien entendu, ses parents étaient tout aussi en colère contre elle pour son action, mais le pire vint ensuite... Après tout, ce n'est pas pour rien que Setsuka est à présent si attachée à sa liberté. Sa mère quitta sa fonction quelques temps après l'incident pour se concentrer sur elle, chose que l'enfant n'apprécia déjà pas au début. Après des années passées à se faire ignorer, avoir Kagami constamment à l'écoute et prête à tout pour rester avec elle fut un rude choc qui s'additionna à celui de son état. Si son père, Toshio quant à lui resta à son travail, cela ne l'empêcha pas de devenir surprotecteur avec elle, continuant pendant un temps à haïr le pauvre Kojiro qui n'en méritait certainement pas tant. L'homme alla même jusqu'à intenter un procès envers la famille du garçon jusqu'à ce que les supplications de sa fille ne le contraignent à arrêter. A cause de sa paraplégie, la fillette fut confinée des mois à un lit avant d'obtenir un fauteuil roulant... Mais se vit interdite de quitter la maison sans être accompagnée. Inutile de dire qu'elle étouffait littéralement dans cette nouvelle vie, se sentant enchaînée en permanence. Sa colonne vertébrale était trop endommagée par l'impact et même si tout en elle souhaitait guérir... Le chirurgien s'étant occupé d'elle était formel : après la chute, sa survie était déjà un miracle. Peu importe ce qu'elle ferait, ses jambes ne la porteraient plus jamais. Sa dépression dura longtemps à cette idée, même si ses parents tentèrent de l'aider.

Ce fut pendant cette période que son lien avec Kojiro commença. Le garçon, se croyant toujours responsable de sa chute refusa de la laisser seule. De fait, c'est en partie à cause de lui (bien que Setsuka refuse de lui en vouloir à ce sujet) qu'elle se vit retirée de l'école et contrainte de suivre des cours par correspondance depuis la maison. Le préadolescent, dans la même classe qu'elle fut en effet dégoûté de voir que leurs camarades étaient non seulement pas du tout choqués de la voir dans cet état, mais qu'en plus, nombre d'entre eux se moquaient encore d'elle. La pauvre fille, incapable de se défendre réellement fut mise en larmes de nombreuses fois jusqu'à ce que le garçon, complètement irrité n'en frappe un autre qui se moquait d'elle, puis la porta jusqu'au bureau du directeur... qui refusa non seulement de faire quoi que ce soit pour arrêter les moqueries, mais tenta en plus de le punir pour l'avoir défendue sous prétexte qu'il aurait pu gérer ça sans violence. Ce fut une journée plus tard que la jeune fille quitta l'école après que Kojiro ne décida de prendre son courage à deux mains et parler directement à Toshio de ce qu'il avait vu. Bien qu'accueillant le garçon froidement au départ, l'avocat entra dans une colère noire sitôt que l'enfant eut terminé son "rapport" et après l'avoir remercié, retira immédiatement sa fille de l'établissement... non sans avoir eu une dispute particulièrement violente avec le directeur au point d'en faire trembler les murs de l'établissement.

L'effet secondaire de l'événement fut que Toshio et Kagami se réchauffèrent un peu envers Kojiro, lequel se vit autorisé à approcher leur fille... permission qu'il prit à coeur, tout d'abord en allant fréquemment la voir. Par la suite, il décida de lui apprendre plusieurs choses qu'elle pourrait utiliser pour passer le temps ou juste se distraire... comme par exemple les jeux vidéos. Bien qu'allant sur ses dix ans, il était déjà un gamer accompli et tenta de sortir la fille de sa dépression en l'occupant de diverses manières. Au fil des années, il commença même a l'emmener se promener ça et là, dans un premier temps proche de la maison, puis de plus en plus loin d'elle. Très rapidement, Setsuka commença peu à peu à se détendre en sa présence, ayant même parfois l'impression de ne pouvoir être elle-même qu'avec lui. Si elle restait généralement timide et silencieuse, Kojiro parvint à la faire sourire plus d'une fois et même à la faire rire au bout de quelques temps. De manière inattendue pour les parents de la fillette (mais parfaitement prévisible pour les gens alentours), il devint peu à peu un confident  et un protecteur pour elle... si bien qu'elle osa un jour lui expliquer qu'il n'y était vraiment pour rien dans sa chute et qu'elle serait surement tombée quoi qu'il arrive. Si elle craignait qu'il ne l'abandonne, il n'en fut rien : le garçon était en effet sur de sa culpabilité, allant même jusqu'à lui expliquer que si elle était tombée à cause de la pierre, elle aurait peut être brisées ses jambes, mais aurait pu en guérir. Mais que sa chute sur le dos était ce qui l'avait paralysée. Quoi qu'elle pu lui dire pour sa défense, le garçon ne voulut rien savoir, même s'il expliqua gentiment qu'il ne restait pas avec elle par culpabilité... en tous cas ce n'était plus le cas d'après lui. Leur relation ne fit que se renforcer au fil du temps, à tel point que leurs parents respectifs commencèrent à se faire des idées.

Ce fut quelques mois avant le onzième anniversaire de Setsuka qu'allait apparaître quelque chose qui allait tout changer. La jeune fille avait beau avoir plus ou moins fait son deuil de ses jambes, elle sentait toujours ce violent pincement au coeur chaque jour en s'éveillant et en se rendant compte à nouveau que le bas de son corps ne bougeait pas... ou demeurait insensible. Un pincement encore plus violent résonnait en elle quand elle voyait les gens marcher autour d'elle lors de ses promenades avec Kojiro. Bien sur, le garçon sentait facilement ces moments de jalousie et de douleur et faisait toujours en sorte de la consoler ou de la distraire comme il le pouvait, mais lui-même sentait toujours la froide morsure de la culpabilité. Par conséquent, lorsque le père du garçon devint un Bêta testeur pour sword art online et en décrivit les spécificités, c'est tout naturellement que le garçon eut une idée. Une idée intéressante pour certains, stupide pour d'autres. Après tout, son père, bien qu'appréciant plus ou moins le jeu décida à terme de ne pas y jouer d'avantage faute de temps. Après tout, qui se préoccupe d'une limite d'âge inscrite sur la boîte d'un jeu ? Bien entendu, au Japon, la limite d'âge est suivie avec plus d'assiduité que dans le reste du monde, mais...Kojiro avait un plan. Un plan qui prit certes du temps, mais pour un préadolescent sur le point d'atteindre les douze ans, cette idée était presque une obsession. Convaincre son père fut plus ou moins facile : l'homme connaissait parfaitement son fils et décida donc de le laisser jouer un moment afin de lui laisser voir au moins de quoi le jeu avait l'air. Et après avoir joué... le choix du garçon était fait.

Si le choix du garçon était fait, convaincre Toshio de laisser sa fille de presque onze ans jouer à un jeu interdit au moins de quatorze ans fut un défi que cette dernière comparerait plus tard tristement à un combat contre l'un des puissants bosses du jeu. En tant qu'avocat, l'idée de bafouer un règlement déplaisait fortement à l'homme, sans compter son désir de protéger sa fille. Bien sur, au fil du temps, il avait appris à faire confiance au petit Kojiro et tolérait le garçon aisément auprès de sa fille. Mais cela ne l'empêchait pas d'avoir des difficultés à à accepter une telle proposition. Paradoxalement cependant, le garçon avait de solides arguments et en tant que père... une partie de lui se prit rapidement à envisager de laisser sa fille essayer. Setsuka elle-même était hésitante au départ, n'arrivant pas à savoir quoi penser. Bien sur, au fil du temps, elle avait appris à jouer à divers jeux et bien sur, à aimer ça. Mais... l'idée de pouvoir marcher à nouveau était certes séduisante, même si c'était dans un jeu virtuel, mais est ce que ça en valait vraiment la peine ? Kojiro lui expliqua rapidement ce que ça faisait : il avait vraiment eue l'impression de marcher. Il pouvait  ressentir le monde qui l'entourait et chaque pas qu'il faisait. Un rêve pour la fillette donc... L'idée de pouvoir à nouveau goûter à tout ce qu'elle avait perdu lors de sa chute. Chaque matin après cette conversation, ses réveils devenaient de plus en plus douloureux lorsqu'elle se réveillait, incapable de ressentir quoi que ce soit dans les jambes. Voir les gens marcher ou courir autours d'elle devint également de plus en plus douloureux, chose que ses parents et son meilleur ami ne tardèrent pas à remarquer. Cela prit pratiquement un mois, mais finalement, voir un jour leur fille en pleurs après avoir une énième fois tenté de quitter son lit seule juste pour se retrouver étendue au sol fut un choc que ses parents furent incapables d'encaisser. Toshio perdit toute réservation et après une longue conversation avec son épouse acheta le jeu et un nervegear dans l'espoir de donner au moins une échappatoire à leur fille...

Un an plus tard... Setsuka ne peut pas s'empêcher de se demander ce qui se serait passé si son père avait refusée l'offre...

Dans un premier temps, tout se passa bien. Elle et Kojiro se connectèrent au jeu pratiquement en même temps et comme son ami le lui avait prédit, la fillette ne pu que se sentir totalement émerveillée en se rendant compte qu'elle pouvait en effet tout sentir. Exactement comme avant. Pouvoir se déplacer seule, un concept qu'elle avait depuis longtemps vu comme inaccessible. Les deux enfants ne cherchèrent pas à sortir de la ville de départ. En fait, c'était originellement la dernière chose qui leur vint à l'esprit. Si Kojiro désirait sincèrement voir le reste du jeu, il ne chercha dans un premier temps à le faire : voir son amie sourire aussi largement et courir dans tous les sens comme un lièvre fou lui suffisait pour le moment parfaitement. Tous deux passèrent plusieurs heures à jouer comme les enfants qu'ils étaient avant de tenter de se déconnecter... en vain. Puis vint l'annonce du créateur du jeu et le véritable vent de panique qui s'en suivit...

Un peu plus d'un an a passé depuis et Setsuka, désormais connue sous son seul pseudonyme de Shirayuki est à présent complètement seule. Quelques jours après l'annonce, elle et Kojiro joignirent l'Eglise avec la plupart des autres enfants. Vu que contrairement aux autres du même âge, tous deux n'étaient pas trop "endommagés", ils avaient tendance à aller chasser dans l'un des champs alentours afin de nourrir les autres. Aucune violence normalement. Pas de conflits. Eux et les adolescents chassaient paisiblement lorsqu'ils se retrouvèrent isolés du reste du groupe... et, l'impensable se produisit, une rencontre avec un autre joueur s'achevant par la mort de son meilleur ami. Un choc dévastateur qui lui fit considérablement plus mal que sa chute. Bien que son ami la supplia d'aller se mettre en sécurité avant de disparaître, elle fut incapable de le faire, surtout en voyant l'assassin disparaître lorsque les adolescents et d'autres joueurs arrivèrent pour la protéger. Bien que les nouveaux arrivants tentèrent de la rassurer, puis de l'amener en lieu sur... le choc la détruisit littéralement et tout ce qu'elle pu faire fut se pelotonner dans le manteau de cuir que portait récemment Kojiro. Un manteau qu'il lui avait prêté et qui était à présent tout ce qui lui restait de lui  Si elle retourna à l'église et y demeura presque en catatonie quelques temps... Les cauchemars et la haine de plus en plus dévorante envers l'assassin la poussèrent à la disparition en moins d'un mois.

Ce fut peut être la rage... ou le chagrin qui poussèrent la fillette à abandonner son passé. Elle qui s'était habituée à la couleur brune de ses cheveux et à ses yeux noirs tirant sur le vert décida de reprendre plus ou moins son avatar d'origine (bien entendu en forme enfantine). Abandonnant totalement toute possibilité de refuge à l'église ou même de paix, elle signa cette action en teignant à nouveau ses cheveux en blanc et en donnant à ses yeux une couleur acide, verte tirant sur le jaune. Peut être pour signer ce "rôle de chasseresse", elle tenta en effet de donner à ses yeux une couleur ressemblant un peu à celle d'un loup, avec un résultat plus ou moins viable.

A présent, une petite ombre rôde dans le monde d'Aincrad, fauchant monstres et trésors sans retenue ou réel objectif. Incapable de vraiment savoir ce qu'elle désire réellement, la rage de Shirayuki semble la pousser lentement en direction des premières lignes là où, elle le sait, se cache le monstre qui a tué son meilleur ami. Bien qu'elle ignore ce qu'elle fera en le voyant, une chose est sure : le pardon n'est pas dans ses plans...

Physique x 180 mots min

Physiquement, Shirayuki a, comme tous les joueurs l'apparence exacte qu'elle a dans le monde réel. A savoir une mignonne petite fille aux cheveux platines clairs mi-longs et aux grands yeux Verts acides tirant sur le jaune. Ces deux caractéristiques sont les premières à sauter aux yeux quand on la regarde de près, suivis de près par son teint de peau lunaire. Ses traits sont encore marqués par les douces rondeurs de l'enfance avec des joues légèrement rebondies qui se teintent assez rapidement quand on l'observe. Cependant, son visage montre également deux balafres verticales marquant respectivement sa pommette droite et sa paupière gauche (sans toucher l'oeil lui-même). Shirayuki ne se rappelle pas l'origine de ces marques, ces dernières étant déjà sur son visage avant sa chute. Ses lèvres sont pâles et ses oreilles sont généralement cachées sous ses mèches de cheveux. Ses yeux ni ses cheveux n'ont leur couleur naturelle cependant : dans le monde réelle, la fillette est châtain aux yeux noirs/verts foncés.

Morphologiquement, la fillette est petite et menue, mesurant aux alentours d'un mètre trente quatre pour environ trente trois kilogrammes. Un corps fin et peu développé qui montre clairement que la fillette n'a même pas atteint la puberté (ou qu'en tous cas, elle vient à peine d'y arriver). Elle n'a pratiquement pas de poitrine et ses hanches ne se sont pas non plus développées dans l'immédiat. En fait, en dehors de la couleur de ses yeux et de ses cheveux, c'est une enfant de douze ans parfaitement normale... quoi que petite. De légers problèmes de croissance. Ses yeux légèrement cernés montrent par ailleurs des nuits compliquées et à la voir, on peut deviner que sa pâleur n'est pas toute à fait naturelle. si elle n'est pas maigre au sens propre du terme, on peut tout de même voir qu'il y a eu une période où elle a peu pris soin d'elle-même... Et que son deuil actuel n'a pas du tout arrangées les choses.

Vu que le scan du Nervegear calibre l'avatar en ne tenant compte que de certaines généralités, la paraplégie de Shirayuki n'existe naturellement pas dans le jeu et les lésions responsables (et qui en découlent) n'y apparaissent pas non plus. Ainsi, la fracture à ses vertèbres lombaires est inexistante et ses jambes, frêles et atrophiées dans le monde réel sont parfaitement fonctionnelles et aussi solides que nécessaire dans le jeu. Bien que petites pour aller avec sa taille, la fillette se sert de cette mobilité réacquise avec ardeur pour se déplacer aussi rapidement qu'agilement. Pour paraphraser le défunt Kojiro, elle bouge "comme un lapin hystérique". Cela dit, elle se déplace avec une certaine grâce généralement... Même si est clairement plus à l'aise quand elle escalade que quand elle marche.

Ses tenues varient en fonction de ce qu'elle trouve. Dans l'immédiat cependant, elle porte une simple tenue noire composée d'un haut sans manches montrant son nombril, d'un pantalon et de bottes. Elle équipe également des mitaines de cuir pour protéger ses mains, mais sa marque de fabrique la plus visible est le grand manteau de cuir en lambeaux qu'elle porte, cachant totalement sa silhouette. Dernier cadeau (ou plutôt prêt) de Kojiro, le vêtement tombe en effet jusqu'à ses mollets et la couvre complètement, possédant même un capuchon qu'elle place sur sa tête pour se cacher. Ce vêtement lui est extrêmement précieux, étant la seule chose lui restant de son défunt meilleur ami et elle refuse catégoriquement de s'en séparer. Même si elle trouve une armure plus performante, il n'y a aucune chance qu'elle revende un jour la tenue à laquelle elle semble tenir plus que tout.


Caractère x 180 mots min

Psychologiquement, Shirayuki est une créature aussi imprévisible et sombre que ne le seraient certains monstres du jeu. Une enfant perdue quelque part entre la solitude et le désir d'appartenance. Entre le deuil et la haine. Cette ombre, furtive et peu sociale est déchirée par un violent conflit intérieur. Son esprit et ses principes... contre son coeur et ses instincts.

Son trait de comportement le plus visible n'est autre que sa timidité maladive. La fillette ne parle quasiment pas et quand elle le fait, sa manière de bafouiller tout en détournant la tête (sans compter ses rougissements quand on la regarde) sont des signes très clairs. Elle préfère généralement demeurer dans les ombres et n'en sortir qu'en cas de nécessité absolue... ou en étant parfaitement sure d'être en sécurité. Chasseresse dans l'âme, elle n'est vraiment pas douée pour les relations sociales et préfère donc laisser parler les gens tout en écoutant attentivement.

En règle générale, la fillette souffre d'une claire anthropophobie. Les contacts humains semblent plus lui faire peur qu'autre chose et elle est constamment sur le qui-vive lorsqu'elle est avec d'autres personnes. Inutile de dire que sa confiance est difficile à obtenir... et qu'une fois perdue, la retrouver serait pour ainsi dire aussi facile que de faire les cent étages d'Aincrad en solo. La jeune fille est ainsi clairement une joueuse solitaire qui ne se mêle aux autres que quand elle a quelque chose à y gagner ou si elle n'a vraiment pas d'autres possibilités. La mort de Kojiro des mains d'un autre joueur lui a de toutes manières enseignée la prudence, raison pour laquelle sitôt qu'elle voit quelqu'un, son premier réflexe est de s'éloigner ou en tous cas, de garder une main sur son arme.

Ses sentiments vis à vis du jeu sont assez... paradoxaux. Elle-même ignore ce qu'elle pense réellement de ce monde. Si elle en reconnait la beauté et adore l'opportunité qui lui a été offerte de pouvoir enfin réutiliser ses jambes, une autre partie d'elle hait Aincrad et surtout Kayaba. La mort de son ami en est la cause principale, bien entendu, mais le fait qu'elle soit incapable de trouver le repos, même dans une "safe zone" en est une autre raison. Par ailleurs, même si elle sait concrètement qu'il lui suffirait de retourner à la ville de départ et réintégrer l'église avec les autres enfants, sa soif de liberté (ainsi qu'une autre raison plus blessante) fait qu'elle est incapable de le faire. Après avoir passé presque deux ans enfermée dans sa maison et pire, été dépendante du bon vouloir des autres depuis sa chute, elle est prête à beaucoup pour garder cette nouvelle autonomie. Par conséquent, même si elle serait en parfaite sécurité et aurait du monde pour s'occuper d'elle, elle n'arrive pas à s'acclimater à l'idée de se replacer sous la coupe de quelqu'un. Même si intellectuellement, elle sait que ce serait le meilleur plan, son coeur refuse en bloc l'idée de dépendre à nouveau de qui ou quoi que ce soit... sauf Kojiro. C'est au final la pire tragédie dans son comportement car la seule personne en qui elle avait vraiment foi n'étant plus là pour la rassurer, elle vit dans un cycle de peur et de solitude perpétuelle dont le conflit entre son esprit et son coeur refuse de la laisser se libérer.

Shirayuki a une autre caractéristique : sa haine des Player's killers. Un trait pour le moins dangereux que ses cauchemars ne cessent d'exacerber. C'est en grande partie ce trait qui l'a poussée à quitter la sécurité de l'église. Une caractéristique qui prend également racine dans la guerre entre son esprit et son coeur. Fille d'avocat, elle sait que le meurtre et la vengeance sont des choses horribles qui ne devraient pas être faites. Elle est aussi douloureusement consciente qu'une enfant ne devrait même pas y songer. Mais les ravages laissés par la mort de Kojiro ont provoqué une redoutable infection et c'est cette infection qui a donnée lieu à cette guerre intérieure. Car si mentalement, les principes inculqués par ses parents et le peu d'innocence enfantine lui restant lui hurlent que tuer n'apportera rien de bon, son coeur quant à lui la torture littéralement en lui ordonnant de trouver l'assassin de son ami et de s'assurer que sa dague soit la dernière chose qu'il sentira. A cause de ce conflit, la fillette a des moments de pure frénésie dans lesquels elle massacre tout simplement tout ce qui lui passe sous le nez, avec cependant une retenue suffisante pour se cantonner aux monstres. Cela dit, cette retenue s'érode de jour en jour, au point qu'elle commence en plus à être terrifiée par son propre comportement. Ce trouble de stress post-traumatique est suffisamment violent pour qu'elle commence littéralement à rêver du jour où elle retrouvera l'assassin et plus le temps passe, plus la violence de ces rêves devient excessive. Inutile de dire que si rien n'est fait rapidement, il y a de grandes chances pour qu'elle saute le pas et finisse par devenir ce qu'elle hait tant... Même s'il semblerait que sa haine se cantonne aux PK, auquel cas certains pourraient se dire que ça ne serait pas une mauvaise nouvelle... tant qu'elle survit...

Ainsi, la fillette est un véritable paradoxe ambulant : tantôt elle est une véritable peluche timide et silencieuse, tantôt elle devient un démon hurlant et mettant ses adversaires en pièces sans la moindre pitié. Ses crises de larmes _quand elle est vraiment poussée à bout_ peuvent être tout aussi excessives et/ou spectaculaires.

En dehors de ça, Shirayuki aime beaucoup les plaisirs simples, en particulier celui de marcher pieds nus dans l'herbe afin de sentir la légère sensation de chatouilles... ou juste laisser ses pied tremper dans l'eau. Rares plaisirs qu'elle possède encore dans le jeu et causes principales de sa connexion à l'origine, elle en profite généralement pour se calmer... même si sa manie de regarder parfois autours ou derrière elle avant de se renfermer montre clairement que l'absence de Kojiro est toujours aussi douloureuse. Sa manière de se pelotonner dans le manteau de ce dernier _ou de le serrer convulsivement dans ses bras quand elle se sent particulièrement mal_ montre d'ailleurs tristement que même presque un an après sa mort, le garçon demeure encore un pilier de force envers la fillette... un pilier dont l'absence inflige de plus en plus de ravages au fil du temps.

A noter un simple détail : son pseudonyme, "Shirayuki" (neige blanche) vient d'une contraction entre son nom de famille : "Shiratsuki" (Lune blanche) et son prénom : Setsuka (supposé être traduit par "fleur des neiges"). Il est également inspiré par la légende préférée de la jeune fille : la Reine des Yuki-onnas (fantômes féminins des glaces) qui porte également ce nom.

More About You

Bonjour à tous ! Mon petit nom c'est {PSEUDO} et j'ai {âge} bougies à mon actif. Mais ce n'est pas tout ! Je suis un(e) {SEXE} et oui ! Prend garde à moi car je n'aime pas {CE QUE VOUS N'AIMEZ PAS} alors évites moi si tu as toutes ces choses avec toi <3. Mais si tu as {CE QUE VOUS AIMEZ} alors viens, je t'accueillerais à bras ouverts ! Je suis arrivé(e) ici grâce à {COMMENT VOUS AVEZ CONNU LE FORUM} et d'ailleurs je trouve ce forum {COMMENT VOUS LE TROUVEZ}.
Une dernière chose qui s'adresse aux petits admin d'ici, j'ai bien lu votre règlement, la preuve :

Et donc me voici maintenant présenté(e) !
©️ FICHE CRÉÉE PAR REIRA DE LIBRE GRAPH'


Dernière édition par Shirayuki le Ven 31 Mai - 16:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paladin

Yagi

Je m'appelle Yagi et je suis Paladin


Messages : 292
Date d'inscription : 18/08/2017


Feuille de personnage
Âge: 31
Anniversaire: 06/08/1991

The girl from the unknown darkness (Finie) Empty
MessageSujet: Re: The girl from the unknown darkness (Finie) The girl from the unknown darkness (Finie) EmptyMar 28 Mai - 23:35

Bonjour et bienvenue ! Le code est bon et ta fiche a l'air complète, je te place à évaluer ^^

_________________
Bonjour ! Je suis Yagi ! Je parle en #666600.
Parfois, un grand dadet nommé GreenT m'accompagne, il parle en #006666. Ne t'étonnes pas s'il parle étrangement ! Il est malentendant de naissance...

Pour le moment je ne suis pas mariée... Tu veux essayer ?
Une guilde ? Les Lames d'Argent depuis peu...
Non je n'ai pas de maison non plus, les auberges c'est plutôt cool ! (Quand c'est pas moi qui paie...)

The girl from the unknown darkness (Finie) Rose10 Vikor - Lacaion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cardinal

Je m'appelle Cardinal et je suis un PNJ


Messages : 2678
Date d'inscription : 12/01/2014


The girl from the unknown darkness (Finie) Empty
MessageSujet: Re: The girl from the unknown darkness (Finie) The girl from the unknown darkness (Finie) EmptyVen 31 Mai - 16:11

Hey! Voici ton évaluation, désolée pour l'attente! :3

Longueur : 3,5/4

Histoire (quadruple)
Physique (triple)
Caractère (quadruple)

Cohérence : 3,5/4

Il s'agit d'une histoire et d'un personnage cohérent. La jeune fille ayant perdu très jeune la mobilité de ses jambes, vouloir tenter un jeu pour retrouver ces sensation est tout ce qu'il y a de plus normal. Alors, bien qu'elle n'ait pas l'âge nécessaire pour y entrer, il est normal qu'elle ait eu l'autorisation de ses parents pour pouvoir y aller en compagnie de son ami.
il aurait été intéressant de décrire un peu la réaction des deux enfants après l'annonce. Comment l'ont-ils vécu?
A côté de cela, les réactions de Shirayuki sont logiques. A la perte de son ami, elle sombre psychologiquement, est complètement perdue et se retrouve envahie d'une soif de vengeance. J'espère qu'il trouvera la paix ce petit bout ! :0

Originalité : 2,5/4

Avoir un personnage aussi jeune n'est déjà pas commun, alors un enfant qui a perdu la mobilité de ses jambes c'est original. De plus, j'aime le fait que son ami se soit rapproché d'abord parce qu'il se sentait coupable et ensuite parce qu'au final, cet accident leur a permis de devenir de vrais amis au lien très fort.

Auto-modération : 1,5/4

Dans ton histoire, il arrive beaucoup de choses négatives à ton personnage. D'abord, ses parents la délaissent au profit de leurs emplois, elle se fait maltraiter par ses camarades à l'école et devient une enfant solitaire qui, finalement, finit par avoir un accident qui lui coûte ses jambes. Là, ses parents se mettent sur son dos comme jamais, l'étouffant complètement et son seul ami est un garçon qui pense avoir provoqué l'accident. Ces deux enfants tentent un jeu dans lequel ils se retrouvent coincés et son ami fini tué par un autre joueur... Il n'y a pas grand chose pour rééquilibrer cette balance.

Qualité de langue : 3/4

Tu as un style d'écriture très fluide et facile à lire. Fais seulement attention à quelques fautes d'orthographe ! Wink

Tu obtiens donc un total de 14/20 !
Tu nous rejoins donc au niveau 19 !

N'oublies pas d'aller demander tes autres compétences !
Tu peux également choisir trois équipements +10 de ton choix ! :3
Enfin, tu vas pouvoir partager 100 points de réputation entre positif, négatif ou neutre. Smile

N'hésite pas à venir vers nous si tu as la moindre question ! :3
Je te souhaite donc officiellement la bienvenue parmi nous ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Je m'appelle Contenu sponsorisé et je suis



The girl from the unknown darkness (Finie) Empty
MessageSujet: Re: The girl from the unknown darkness (Finie) The girl from the unknown darkness (Finie) Empty

Revenir en haut Aller en bas

The girl from the unknown darkness (Finie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Heartbreaker version girl [Finish]
» | When Darkness Falls
» 02. Wait a minute girl, can you show me to the party ?
» HEAVENSBEE ► hello darkness, my old friend
» Gossip Girl RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sword Art Online - Rpg - :: -Avant de commencer- :: Présentations :: Présentations validées-