Le monde de Sword Art Online s'offre à vous, survivrez-vous à l'aventure ...?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Un recensement a été mis en place. Recensez-vous sur ce lien !

Partagez|

Monde réel ou virtuel? | Yoki [100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Forgeron

avatar

Je m'appelle Yoki et je suis Forgeron


Messages : 65
Date d'inscription : 29/09/2017


Feuille de personnage
Âge: 18
Anniversaire: 24 fév

MessageSujet: Monde réel ou virtuel? | Yoki [100%] Ven 29 Sep - 23:29


   
Niwa Seiki

   
« Préfères-tu un doux mensonge ou une triste réalité? »

   

   

   
   

   Feat. : D.Grey Man - Kanda Yu

   Pseudonyme : Yoki (Yo: Soleil et Ki: Arbre)

   How old are you ? : 6 novembre 2022, 17 ans

   Date d'anniversaire : 24 Février

   Fille ou garçon ? : Garçon

   Nationalité : Franco-japonaise (HRP: Actuellement et théoriquement, lorsqu'un des parents d'un enfant est japonais, l'enfant à le droit à la bi-nationalité jusqu'à 22 ans avant de choisir entre l'une ou l'autre des deux nationalités).

   Classe : Forgeron

   Et ton arme ? : Jian (Épée chinoise droite à double tranchant se maniant à une main)

   Autres compétences : Analyse, Expertise

   Ce que tu aimes : Les contes & les légendes, les sucreries, les couleurs, les animaux, les fleurs, le chocolat, l'écriture, le dessin, les sciences voulant expliquer l'univers, la logique  et beaucoup d'autres choses.

   Ce que tu n'aimes pas : Le monde sans couleur de la vie réel, les jeux vidéos en générale, le gris, les ronces, le café, la musique rock, les mathématiques, le cinéma, l'eau pétillante, le théâtre, l'oublie, et beaucoup d'autres choses.

   
   
Histoire x 360 mots min

   Dans une petite maison de la banlieue de Tokyo, en ce six novembre 2022, quinze heures, deux jeunes hommes viennent de franchir la porte d’entrée. Ils se ressemblent beaucoup, n’étant pas assez similaire pour être frère, mais pas assez différent pour ne pas être de la même famille : ils sont cousins. Le plus souriant et le plus âgé se nomme Yoichi, tandis que le plus petit et le plus agacé se prénomme Seiki. Il faut dire que depuis le début de la journée, Yoichi ne parle que d’une seule chose : Sword Art Online, SAO pour les intimes.

— Le serveur est ouvert depuis treize heures. Maintenant qu’on a du temps libre, tu vas pouvoir jouer à SAO !

Bêta-testeur du fameux Sword Art Online, Yoichi avait hâte de faire connaître en chair et os le jeu pour lequel il avait fait des mains et des pieds pour participer à la phase de test. Étant donné du faible taux de place pour la bêta-test, il avait demandé à Seiki l’impossible, celui de candidater comme bêta-testeur pour essayer SAO, arguant qu’ainsi, il aurait deux fois plus de chance d’être bêta-testeur puisque Seiki ne le voulait pas. Une demande qui avait mit plusieurs jours et huit cent pages d’explication avant d’être approuvée.

— Non pour la quatrième fois de la journée, Yoichi. Je ne jouerais pas à Sword Art Online, je n’aime pas ce genre de jeu.
— Allez, Seiki, tu me l’avais promis ! C’est pourtant toi qui dis qu’il faut tenir ses promesses !

Seiki soupire et hoche la tête en signe de défaite. Puisque son cousin y tient tant, il jouera à Sword Art Online, comme il a dû jouer à beaucoup d’autres MMORPG par le passé. Yoichi a toujours été le moteur, Seiki se contente simplement de le suivre dans toutes ses aventures, comme le ferait un wagon attaché à une locomotive de train. Son cher cousin adore les jeux vidéos et passe facilement quatre heures d’affilées devant les écrans, consoles à la main, sans s’arrêter. Seiki est l’un de ses rares points d’attache à la vie réel. C’est parce que ce dernier est présent, attendant patiemment qu’il anime ses sombres journées, qu’il décroche de ses jeux. Il faut dire que Seiki déteste les jeux vidéo, et qu’il met tout en œuvre pour qu’il n’oublie pas que le monde continue de tourner.

Pourtant, lorsque Yoichi parle, principalement de jeux vidéo, Seiki l’écoute religieusement, buvant ses paroles tel un assoiffé de textes sacrés. C’est presque le seul sujet de discussion entre les deux jeunes gens, du moins, le seul qu’on peut avoir avec Yoichi, fan de MMORPG de la première heure. Et ce n’est pas Seiki qui va freiner la passion de son cousin pour les jeux vidéo : ce n’est qu’un moyen parmi tant d’autre voué à aider Seiki tout en restant dans un domaine qu’il aime beaucoup. Par exemple, avant les jeux vidéo, c’était les romans à caractères mythologiques et la musique baroque. Cela avait aidé Seiki, un temps seulement.

— Très bien, je vais aller chercher le NerveGear.
— T’es un ange, Seiki ! Il faut juste que je trouve SAO et tu pourras y jouer. Tu ne seras pas déçu, c’est un super VRMMORPG. Prochain point de rendez-vous : ta chambre !

Seiki fait un pâle sourire, puis part en direction de sa chambre à coucher, là où est rangé le NerveGear. Avec une lenteur exagérée, il monte la série de marches d’escalier qui le sépare de la console, sous les grimaces de Yoichi. Impatient et excité comme une puce, il se détourne de son cousin pour courir dans le salon, attraper à la volée le jeu. Revenu devant la cage d’escalier, il aperçoit de nouveau Seiki monter les marches. Ou plutôt les descendre.

— Ce n’est pas en montant à reculons que tu vas échapper à SAO, Seiki !
— Ah, je ne savais pas que Sword Art Online était un grand félin prédateur. Ce n’était pas, il y a quelques instants, une petite pousse verte sortant tout juste de terre ?
— Ne dis pas de bêtise ! Viens !”

C’est sur ces derniers mots que Seiki, quasiment porté par son cousin, pénètre sa chambre, Yoichi sur ses talons. Le NerveGear sur sa tête, branché à une prise électronique, Seiki s’allonge sur le lit pendant que Yoichi insère la cartouche du jeu Sword Art Online. Fermant les yeux pour calmer des petits tremblements, Seiki essaye de se détendre, quelque peu stressé par la nouvelle expérience à vivre. Yoichi, semblant percevoir son malaise pose une main sur son épaule.

— Ne t’inquiète pas, tout va bien se passer. Tu me diras ce que tu en as pensé après cette séance, hein ?
— Oui, je n'oublierais pas.”

Link Start
***

Laoding…

Langue: Japonais

Identifiant: ********
Mot de passe: ********

Création du personnage…

Veuillez insérer votre pseudo.
Pseudo: Yoki

—Yo, pour le soleil, comme dans Yoichi. Ki, pour l’arbre, comme dans Seiki. Mon pseudo est Yoki, car je me suis toujours senti bien dans l’ombre de Yoichi, et que Yoki devrait être une personne capable de voir les couleurs de notre monde si gris.

Veuillez choisir votre classe.
Classe: Forgeron

— Au combat, la précision des coups est importante.

Veuillez choisir votre apparence.
Taille, poids, peau, cheveux, visage, yeux.

— Il faut que Yoki ait un physique qui me ressemble.

Validation.

Laoding…

Bienvenue dans Sword Art Online, bon jeu!

***

Yoki ouvre les yeux, découvrant pour la première fois l’univers de Sword Art Online. Le décore médiévale, semblable au Mont Saint Michel ou encore à Carcassonne en France, l’atmosphère chaleureuse dégagé par l’ensemble des joueurs, ou encore cette impression de réalité, le fait frissonner. Il pourrait apprendre à aimer ce lieu, comme il a appris à vivre dans le monde réel. Yoichi aime beaucoup ce jeu, et Seiki comprend enfin pourquoi. Cette sensation de liberté, celle de pouvoir faire ce qu’on veut sans aucune limite possible, est fantastique. Peut être qu’après cela, il serait capable de percevoir les couleurs du monde réel, c’est à dire tout le côté positif de la vie réel. Finalement, bien qu’il ne l'avouera sans doute jamais, Yoichi a peut être bien choisi cette fois-ci.

Envoûté, Yoki avance entre les rues et ruelles de la ville de départ. Il voudrait courire, se gorger des couleurs chatoyantes qui l’entour, mais ne peut que marcher avec une lenteur et une difficulté effrayante. Il a du mal à coordonner ses gestes, à avancer autant qu’il le voudrait, comme il aurait pu le faire dans la vie réel; mais cela ne le dérange pas, au contraire. Ainsi, il ne peut qu’admirer le décor, analyser la moindre pierre et observer toutes ces personnes emplis d’une joie de vivre qu’il envie.

Rapidement, sans qu’il ne s’en rende compte, l’horloge tourne. Il est désormais seize heure trente, et Yoki atteint la grande place de la ville de départ. Là, un grand nombre de joueur se sont réuni, parfois de force par le maître du jeu par la téléportation. Pourquoi? Pour quel raison? Une annonce du maître du jeu, Akihiko Kayaba. Il prend la parole, souhaitant la bienvenue à tout le monde et se présente comme le dieu de ce monde. Yoki ne peut s'empêcher d'esquisser un sourire cynique, voilà quelqu’un de bien narcissique et égocentrique. Il ne peut pas avoir tout les pouvoirs, la preuve, même la nature censée être toute puissante ne peut rien faire contre les ravages de l’homme.

Seulement, le discour de ce clown prend une tournure bien ennuyeuse. Il mentionne et affirme que l'absence de bouton de déconnection est normal et voulu. La seule solution pour pouvoir se déconnecter serait de terminer les cent étages de l’Aincrad. Yoki fronce les sourcils, espérant à une vulgair blague, ce qui est loin d’être le cas: vérifiant le menu principale, l’option de déconnexion n’est pas présente. Plus inquiétant encore, ce maudit maître du jeu apprend aux joueurs que le simple fait d’enlever le NerveGear, de le débrancher, entraîne la mort dans la vie réel. Actuellement, deux cent treize joueurs serait mort définitivement. Pire, mourir dans le jeu signifie mourir dans la vie réel.

Cela aurait dû horrifier Yoki, le terroriser à jamais, mais il éclate de rire. Alors Sword Art Online connait aussi le gris, cette morositée et cette tristesse? Il aurait dû le savoir et n’aurait pas dû être aussi fasciné par le jeu. Jamais il aurait dû s’être laissé convaincre de jouer à SAO. Mais Yoichi est tellement lumineux qu’il n’est pas capable de faire grand chose à son encontre, il ne peut qu'acquiescer et le suivre. Seiki est d’un naturel trop doux, n’affirmant pas assez ses volontés et ses idées, c’est pourquoi ses parents l’ont inscrit à l’âge de six ans dans un club de kungfu. C’était à l’époque où il habitait encore en France, avant le divorce de ses parents et qu’il parte au Japon avec sa mère, âgé de dix ans. Après cela, plus jamais il n’a vu son père. Le monde, auparavant très coloré est devenu gris, et la seule source de couleur a été le kungfu, rappel continuel du moment où le monde était couleur, ainsi que Yoichi, une lumière ambulante.

Une lumière qu’il ne verrait plus tant qu’il serait coincé dans Sword Art Online. Tout cela à cause de qui? D’un créateur de jeu vidéo voulant, d’après ses propres dires, avoir devant ses yeux une situation comme celle-ci, où des joueurs seraient enfermés dans un jeu vidéo, pour regarder et observer. Regarder et observer quoi? Les joueurs? Oui, mais pourquoi? Pour mieux connaître la logique humaine? Le cerveau humain? Ou bien pour établir des règles et emprisonner les gens dans des conventions sociales étouffantes? Pour annihiler la perception de cette douce chaleur colorées si rare mais si rassurante que possède des milliers d’êtres humains, jouer ou non? Hors de question, il ne pourrait plus retrouver Yoichi et sa lumière éblouissante, devenu terne par les manigances de ce maître du jeu à moitié fou.

— Je terminerais le jeu vite fait bien fait.

Pour sortir de SAO et retrouver Yoichi le plus vite possible.

***

Yoki se promène à travers les plaines du premier palier, à la recherche d’un moyen de prendre en main le système de combat du jeu sans risque de mourir. Et ce n’est pas le léger souffle de vent, faisant plier les jeunes pousses d’herbe, ainsi que le soleil illuminant le ciel, qui va l’aider dans sa réflexion. Le monde semble si réel qu’il a tendance à oublier qu’il se trouve dans un monde virtuel. Comme dans le monde réel, tous les matins, après s’être levé, il a effectué un enchaînement de Kung-fu, sauf que Yoichi n’avait pas été là pour essayer d’imiter ses mouvements. Il faut dire que depuis que Seiki avait sauvé son cousin d’un pickpocket en l’effrayant avec quelques mouvements d’arts martiaux, il avait voulu apprendre un ou deux enchaînements.

Yoki se stoppe brutalement, sort son épée, et se met en position de combat. Penser au kung-fu lui a donné l’idée de commencer à s’acclimater au maniement du jian, à essayer de ne faire qu’un avec elle, d’un faire le prolongement de son bras droit. Un, deux, trois, et un, deux, trois, Yoki entame quelques mouvements de Kung-fu. Semblable à une danse, loin de la droiture et de la rigidité de quelques formes de Karaté, le Kung-fu pratiqué par Yoki est fait de rondeur et de geste circulaire. Ce n’est pas la première fois qu’il manie un jian, déjà pour les cours d’armes, il avait dû se servir d’une telle épée. Faite pour s'entraîner, et non pour tuer, l’arme qu’il utilisait était beaucoup plus légère que le jian actuel. Il doit faire beaucoup plus attention à l’équilibre maintenue par l’épée secrète matérialisé par la main gauche, où l’index et le majeur sont tendus et les autres doigts pliés.

Soudain, sans crier gare, un sanglier, ayant le feu aux fesses, charge sur Yoki à toute vitesse. Ce dernier, concentré, le voit à peine arriver et l’esquive de justesse. Mais ce cochon sauvage n’abandonne pas la partie de sitôt. Il se retourne, comme énervé, et charge de nouveau en ligne droite. Pourquoi ? Comment ? Yoki n’a pas le temps de réfléchir, et esquive de nouveau tout en portant un coup d’épée à l’animal dans un mouvement circulaire. Blessé, mais pas tué, le sus scrofa* fonce droit sur Yoki. Encore une fois, il porte une attaque sur la bête noire, mais ne peut cette fois éviter un petit choque et tombe à terre, tuant le sanglier au passage.

Que vient-il de se passer ? Pourquoi un sanglier l’a-t-il attaqué ? Déboussolé par l’incident du sanglier, Yoki ne sait plus où donner de la tête. Le système de combat, qu’il a finalement testé sans perdre trop de HP grâce au sanglier, le sanglier qui…. Le sanglier ! Oui, c’est ça ! Regardant autour de lui, il remarque des mottes de terre, mais aussi d’autres des congénères de la bête noir. Lors de sa pratique du Kung-fu, il s’est déplacé sans le remarquer vers un troupeau de cochons sauvages. Voilà pourquoi la bête noire a chargé!

La présence de d’autres sus scrofa* est une chance pour Yoki, qui se décide de tester contre eux quelques parades et attaques apprises au Kung-fu. Il faut dire qu’il vaut mieux savoir distinguer le plus tôt possible les mouvements ambigus, c’est-à-dire ceux oscillant entre l'artistique et le mouvement de combat. Il y reste quelques heures, dansant contre les sangliers maladroits en essayant de ne pas trop se blesser.

Puis, voyant le soleil décliner, et l’heure avancer, Yoki décide de rejoindre la safe zone la plus proche. Jamais sa mère ne l’aurait autorisé de rentrer aussi tard, à six heures de l’après-midi, mais il n’en a que faire. Il se permet déjà beaucoup de chose ici, dans Sword Art online, qu’il ne se permettrait pas dans la vie réelle. Qu'en penserait son père? Seiki n'en sait rien, il en a même oublié son visage: toutes les photographie de lui ont été supprimé de la maison. Seul subsiste de lui une sensation de chaleur et de bien-être, non présente avec sa mère à cheval sur les règles. Est-ce que le simple fait qu'il soit coincé dans SAO réconcilierait ses parents? Non, impossible. De ses deux parents vivant ensemble, avec lui, il ne reste que des pleurs, des cris, et du dédain.  

A suivre...
*nom scientifique du sanglier


   
Physique x 180 mots min

   Une personne parmi tant d’autre, caché par la multitude et la foule; une démarche discrète, hésitante, timide, mais pleine de bonnes volontés ; une façon de se mouvoir en société silencieuse et polie ; voilà une belle peinture du jeune Niwa Seiki, un garçon qui se veut être dans le moule de la société japonaise. Il est difficile de le distinguer dans la rue, où haut de ses cent soixante-douze centimètres, il n’est pas plus grand que la plupart de la population nipponne masculine. Il a seulement ce côté exotique français, presque imperceptible, par le biais de son paternel qui non loin de l’aider à être comme tout le monde, est source d’étonnement et d’envie : on lui prête une peau plus pâle qu’ordinaire, un critère de beauté important.

Pour pouvoir repérer Seiki dans la masse, il faudrait commencer par son visage. Seiki possède, comme bon nombre d’Asiatique, un visage plutôt rond, bien que légèrement carré par son origine occidentale. Ses yeux sombres, grands et en formes d’amandes, ont des pupilles fades et sans étincelles, comme si leurs vies avaient été ôtées par la mort elle-même. Son nez est peu marqué, typiquement asiatique, mais droit (et non aplatie) comme on peut le voir en Europe. Sa bouche est fine, laissant y sortir une voix peu portante, donnant l’impression que l’usage de la parole lui demande un effort considérable. Tout cela est recouvert par une longue chevelure noire, abondante et raide, aux reflets châtains.

Côté garde-robe, il faut compter sur son absence de style vestimentaire pour se faire remarquer. Généralement vêtu d’habits de couleur discrète, il semble avoir en horreur les fameux pantalons jaunes flashy et rouge carmin, très facilement repérable dans la foule. Il préfère le noir, le bleu marine, ainsi que le rouge bordeaux, et cela se ressent fortement dans sa toilette. Appréciant les vêtements amples, où il se sent à l’aise, jamais il ne lui viendrait l’idée d'enfiler une polaire trop serré ou un t-shirt trop moulant, considérant alors que cela ne servirait à rien de se vêtir puisqu’il serait comme nu: pratique, lorsqu’on pense qu’ainsi personne ne peut fantasmer sur sa légère musculature causée par le kung-fu. À l’inverse, le poncho est le miracle du siècle, et il en mettrait tous les jours s’il en avait. Seulement, étant donné la marginalisation du poncho, cela ne figure pas sur sa liste des courses, malheureusement.

Vous l’aurez compris, Seiki n’aime ni se mettre en valeur ni se faire remarquer, et Yoki, son personnage de Sword Art Online, suit également cette optique. Pas de couleur de cheveux extravagante, pas de couleur d’yeux irréaliste, pas de vêtements tape-à-l’œil, juste une copie conforme de lui-même idéalisé, sans la présence d’une vieille cicatrice sur son bassin. L’une des rares fantasies qu’il s’est autorisé concerne la longueur de cheveux de Yoki, beaucoup plus longue que celle de Seiki lui-même ; une chose que sa mère ne lui a toujours pas accordée, disant que ce n’est pas le genre de coiffure qui convient à un garçon bien élevé.

L’idéalisme physique de Yoki est, principalement, dû au choix relativement limité du jeu vidéo. Les cheveux de Yoki, par exemple, sont aussi doux que la fourrure de chat, alors qu’ils sont sans doute un peu plus rêche dans la réalité. Mais que peut-on faire d’autre, lorsque notre perception de l’environnement est parfois plus précise dans la réalité que dans le monde virtuel ?

   
Caractère x 180 mots min

   13 novembre 2022,

Réflexion sur Seiki

Voici une semaine que tu es à l'hôpital à cause de SAO. Une semaine, sans que tu sois là, c’est long, tu t’en rends compte ? Surtout qu’en apprenant ton état, ta mère m’as foutu la trouille de ma vie. Elle était tellement en colère contre moi qu’elle m’a presque mis à la porte ! Elle ne me veut pas croire que même sans moi, tu aurais essayé Sword Art Online. En même temps, elle a beau te couver comme une poule, elle voit uniquement ce que tu veux qu’elle voie (tu as toujours été doué pour les mensonges). Elle ne te connaît pas aussi bien que moi, il faut dire que tu m’en as dit des choses quand tu pleurais, bien que j’ai parfois encore du mal à te comprendre.

La première fois que je t’ai rencontré, c’était en France, lorsque tes parents vivaient encore ensemble. Enfant unique, ton seul contacte social se faisait par l’école, où tu étais particulièrement timide, semblait-il. C’était sans doute durant cette période-là que s’est forgé ton côté solitaire. Un père présent uniquement le soir, une mère peu affective mais toujours présente au moindre problème, sans pour autant participer à tes jeux; tu as toujours été dans ton coin, t’amusant seul avec ce qui t’entourait. Malgré cela, tu souriais, et j’avoue ne jamais avoir compris comment tu faisais : être entouré d’amis et de ma famille m’a toujours été indispensable. Et toi, même dans la solitude, tes yeux étaient si brillant de vie… C’est ce qui m’a attiré vers toi et m’a donné l’envie de t’aborder. Seulement tout cela est si loin, et j’ai dû mal à me souvenir exactement de ce qu’il s’est passé durant cette période.

Ce qui m’a sans doute le plus marqué, c’est ta venue au Japon avec ta mère, sans ton père. Tes yeux auparavant si lumineux étaient devenus comme vide, et la nuit, lorsque personne n’y faisait attention, tu pleurais. Tu aimais tellement tes parents, pourquoi s’étaient-ils séparés ? Y étais-tu pour quelque chose ? Cela devait être le genre de d’interrogation que tu te posais. Plus tu y réfléchissais, plus tu t’éloignais des gens, du monde. Tes parents s’entendaient si bien avant ta naissance, tu devais donc être la cause de leurs disputes. État-ce-ce ta punition pour être venu au monde ? Déjà un peu solitaire par nature, il y a eut une brève période où j’ai pensé que tu t’en irais dans un univers inaccessible aux autres. Tu ne semblais pas percevoir le même monde que moi. Tu disais qu’il avait perdu ses couleurs, qu’il était devenu gris. Je crois que par ces mots-là, tu disais que le monde n’était en réalité que tristesse, qu’il ne valait même pas la peine d’y vivre.

Pendant un moment, à cause de ton pessimiste et ton réalisme dans ta vision du monde, j’ai cru que tu souhaitais mourir.

Ce n’est que bien plus tard, lorsque j’ai essayé de te montrer les points positifs de vivre dans ce monde et pas dans un autre, que j’ai compris. Ce n’était pas tant la mort que tu voulais, car cela insinuerait que jamais tu n’aurais dû exister, mais ta perception des “couleurs” du monde. En te coupant du monde extérieur, tu voulais pouvoir voir le monde autrement. Dans un sens, cela t’a bien réussi, car même si ton regard semblait voir quelque chose qui m’était imperceptible, tu avais retrouvé le sourire. Ton sourire était moins brillant, tes yeux toujours aussi fades, mais c’était un progrès ; un progrès, car même si tu semblais plus lumineux quelques années auparavant, tu as toujours eut une grande tendance à l’introversion. Peu importe combien tu étais triste, ignoré, blessé ou joyeux, tu gardais tout pour toi, au plus profond de ton cœur.

Cependant, ce qui m’a le plus ébloui dans tout cela, c’est ta capacité d’adaptation incroyable (où ta solitude naturelle t'étais d'une grand aide puisque tu as toujours fait tapisserie, au Japon comme en France). Plutôt simple à vivre, tu faisais parti de ces personnes qui s'intégraient facilement à un groupe, non-part ta sociabilité, mais par tes observations, tes oreilles attentives et ta bouche silencieuse. Tu étais quelqu’un de calme, évitant les conflits, à qui confier des secrets ou des peines garantissait une parfaite sécurité de ces derniers et une non-révélation de ceux-ci à la société. En revanche, tu avais la mauvaise manie d’écouter et d’observer ce qui ne te regardait en rien. Mais qui irait te le reprocher ? Tu t’étais tellement entraîné à garder en toi ce que tu ressentais réellement ou bien à essayer de voir les couleurs, que tu t’es convaincu que le meilleur moyen d’y arriver était de te fondre dans la masse et d’agir comme tout le monde le ferait. L’écoute et l’observation, la logique et la déduction, c’était ce qui t’a permit d’être toi, Niwa Seiki.

Tout cela fait parti de toi, j’en suis persuadé. Tout comme tes paroles, reflet de ton réalisme désarmant ou de tes réflexions semblables à un monde que tu souhaites être vrai, mais qui n’est que le fruit de ton imagination débordante.

Yoichi

   
More About You

   Bonjour à tous ! Mon petit nom c'est {Arwing} et j'ai {18} bougies à mon actif. Mais ce n'est pas tout ! Je suis un(e) {fille} et oui ! Prend garde à moi car je n'aime pas {les conflits et les piments} alors évites moi si tu as toutes ces choses avec toi <3. Mais si tu as {de la musique et de l'énergie positive} alors viens, je t'accueillerais à bras ouverts ! Je suis arrivé(e) ici grâce à {Google après avoir re-regardé un épisode de SAO } et d'ailleurs je trouve ce forum {actif, au design simple mais efficace}.
   Une dernière chose qui s'adresse aux petits admin d'ici, j'ai bien lu votre règlement, la preuve :
   
   Et donc me voici maintenant présenté(e) !
   
©️ FICHE CRÉÉE PAR REIRA DE LIBRE GRAPH'


Dernière édition par Yoki le Dim 8 Oct - 17:44, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voleur

avatar

Je m'appelle Akayuri et je suis Voleur


Messages : 448
Date d'inscription : 20/03/2016


Feuille de personnage
Âge: 18
Anniversaire: 5 mai

MessageSujet: Re: Monde réel ou virtuel? | Yoki [100%] Sam 30 Sep - 0:06

Bienvenue sur le fofo !

Je viens te dire que le code du règlement n'est pas bon, il va falloir aller le lire attentivement !

Si tu as des questions n'hésite pas, j'ai hâte de lire ta fiche. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forgeron

avatar

Je m'appelle Yoki et je suis Forgeron


Messages : 65
Date d'inscription : 29/09/2017


Feuille de personnage
Âge: 18
Anniversaire: 24 fév

MessageSujet: Re: Monde réel ou virtuel? | Yoki [100%] Sam 30 Sep - 0:57

Merci pour l'accueil!

Après re-lecture, j'ai modifié le code du règlement, j'espère avoir le bon cette fois! J'avais pourtant lu le texte au moins trois fois avant d'avoir posté la fiche. Comme quoi, parfois on lit ce qu'on veut bien lire. ^^

Sinon, j'ai bien deux questions. L'une concernant l'acquisition de SAO par le personnage, l'autre la raison de mon personnage à jouer à SAO tout en n'aimant pas les jeux vidéos.
1.a. Est-ce possible qu'une personne de la famille de mon personnage (un cousin, empruntant le NerveGear à mon personnage) ait été bêta-testeur, étant donné le faible taux d'acceptation des candidatures?
1.b. Même en envoyant deux candidatures de deux personnes différentes, pour que seulement une des deux (ici le cousin) participe à la bêta-test, même si c'est mon personnage qui est choisi?
2. Est-ce que mon personnage peut utiliser le personnage de son cousin (utilisé lors de la bêta-test)? En recommençant tout à zéro, évidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voleur

avatar

Je m'appelle Akayuri et je suis Voleur


Messages : 448
Date d'inscription : 20/03/2016


Feuille de personnage
Âge: 18
Anniversaire: 5 mai

MessageSujet: Re: Monde réel ou virtuel? | Yoki [100%] Sam 30 Sep - 13:14

Le code est bon !

Alors pour tes questions:
1.a: Oui, nous ne sommes pas fermés aux beta testeurs, même s'il n'y en a pas beaucoup, ils sont quand même 1000 à rejoindre le jeu à sa sortie.
1.b: Ce n'est pas bête et original ! Il y a toujours des personnes qui essayent cette méthode alors je ne vois pas de problème.
2. Ce n'est pas possible non. Les personnages ont été réinitialisés complètement, la seule chose qu'ils gardent ce sont leurs souvenirs ! Ils ont l'avantage d'avoir pu pré-commander un exemplaire du jeu, reçu quelques jours avant la sortie officielle, mais rien de plus.

Tu trouveras plus de détails ici. N'hésite pas à faire un tour sur discord, on est gentils et on retient les gens qui mordent ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forgeron

avatar

Je m'appelle Yoki et je suis Forgeron


Messages : 65
Date d'inscription : 29/09/2017


Feuille de personnage
Âge: 18
Anniversaire: 24 fév

MessageSujet: Re: Monde réel ou virtuel? | Yoki [100%] Sam 30 Sep - 17:43

Okey! Merci beaucoup pour ces réponses!

Je pense donc pouvoir m'atteler à la rédaction de la fiche. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forgeron

avatar

Je m'appelle Yoki et je suis Forgeron


Messages : 65
Date d'inscription : 29/09/2017


Feuille de personnage
Âge: 18
Anniversaire: 24 fév

MessageSujet: Re: Monde réel ou virtuel? | Yoki [100%] Dim 8 Oct - 17:48

Hey!

Je me permets un double-poste pour signaler avoir terminée la fiche de présentation!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Je m'appelle Invité et je suis Invité



MessageSujet: Re: Monde réel ou virtuel? | Yoki [100%] Mar 10 Oct - 18:01

C'est tout bon, je te place à évaluer !

Tu peux patienter en faisant un rp ici : http://swordartonline-rpg.forumactif.org/f49-bac-a-sable !
Revenir en haut Aller en bas


Je m'appelle Invité et je suis Invité



MessageSujet: Re: Monde réel ou virtuel? | Yoki [100%] Dim 15 Oct - 16:31

Ton évaluation a été faite par Shade et moi-même ! Merci à elle d'avoir mis en évidence des choses auxquelles j'avais pas pensé !


Longueur 3,5/4
Quadruple pour l'histoire, triple pour le physique et quadruple pour le caractère !

Cohérence 2,5/4
Mental : On en apprend pas énormément sur le mental de Yoki ici. On a le point de vue de Yoichi qui est affreusement biaisé de mauvaise foi. Ce qui entre de temps en temps en désaccord avec l'histoire. Par exemple, la maman en veut à Yoichi d'avoir poussé Seiki à jouer. Et elle a raison, quoi que Yoichi puisse dire car dans l'histoire, il est clairement stipulé que Seiki n'aime pas les jeux vidéo, qu'il y joue car tenu par l'obligation d'une promesse et en plus, il tente de s'en échapper quand Yoichi le rattrape. Je ne vois pas ça comme une incohérence, au contraire. On a une petite vue sur le "déni de responsabilité" de Yoichi et j'ai trouvé ça bien.
Physique : Attention, les caractéristiques de Seiki sont totalement reprises par Yoki. Yoki ne peut donc pas avoir des cheveux plus longs que ceux de Seiki !
Histoire : Tu dis arpenter les rues dès ta connexion puis dire que tu as du mal. En vérité, te lever et marcher va te demander quelques minutes au moins d'adaptation. Après, tu te rattrapes en disant que tu as du mal à coordonner tes mouvements, mais avec cette difficulté, tu pourrais à la limite te tenir debout mais pas avancer.
C’est vraiment cool ! Tout est trop bien orchestré, y a des petits détails renvoyant aux aides, c’est vraiment génial ! Le seul bémol, c’est que l’annonce de Kayaba a lieu à 17h30, pas à 16h30 ! Il va falloir changer ça, même si c’est minuscule. De plus, si j’ai trouvé que la réaction de Yoki au début était très réaliste, je le comprends plus après l’annonce. A sa place, j’aurais trouvé que c’est un canular jusqu’au bout et j’aurais cherché un moyen pour me casser. Là, il joue le jeu directement avec Kayaba alors qu’il n’aime pas les jeux vidéo. En fait, je trouve très étrange qu’il croie si facilement Kayaba. Et sa raison qu’est le manque de Kung-fu ne fonctionne pas vraiment car, comme après l’ellipse, on voit qu’il peut continuer à exercer sa passion (et même avec plus d'aisance et de possibilités, notamment grâce à Acrobatie, si jamais il la prend). Ensuite, la scène avec le troupeau de sangliers me paraît étrange. On ne sait pas quel niveau il a à ce moment-là, il n’empêche qu’il semble surpris par l’agressivité des mobs… Alors que s’il était habitué à sortir de la ville, il jugerait ça normal. Ce qui me fait croire qu’il est au tout début du jeu, ce qui m’empêche de trouver cohérent le fait qu’il puisse facilement et sans danger, se faire seul un troupeau de sangliers. SAO est un jeu difficile, on perd facilement des points de vie au tout début. A sa place, j’aurais fait des allers-retours safe zone/mobs pour récupérer des pv. Surtout qu'il fait joujou avec son arme du matin jusqu'au soir.

Originalité 2,5/4
On voit énormément de fiches de personnes ayant un ami avec qui elles auraient dû entrer et que finalement, pour une raison X ou Y, cet ami reste en dehors. Surtout quand il s'agit de quelqu'un n'aimant pas les jeux vidéo. Je contrebalance ça par le fait que c'est l'une des premières fiches que je lis où le personnage n'a pas été téléporté sur la place principale mais qui y était déjà et qu'il finit par éclater de rire à l'annonce de Kayaba. Après, peu d'éléments peuvent induire de l'originalité au niveau du physique ou du caractère. Il s'agit de l'archétype standard du japonais lambda, monsieur tout le monde qui se fond dans la masse, timide, pessimiste, adaptatif.
Je trouve ce personnage vraiment intrigant. Le fait d’avoir choisi la troisième personne puis le point de vue de Yoichi est vraiment une très belle stratégie. On n’est pas dans sa tête, on peut pas le comprendre totalement. Même si la présentation est longue, je n’ai pas cerné ce personnage. C’est un petit garçon qui vivait en France avant la séparation de ses parents. Arrivé au Japon, si j’ai bien compris, il a pu être plus proche de son cousin, fan de jeux vidéo. N’ayant plus de nouvelles de son père et habitant avec une mère stricte et vilaine bien que mère poule, il a fini par trouver le monde terne tout en désirant le contempler avec la même étincelle dans les yeux qu’avant. Il s’est retrouvé sans le vouloir dans SAO, et sans son pote, mais a gardé son calme, une pointe de cynisme et beaucoup de réalisme… Et de fatalisme aussi, j’ai l’impression. Timide, solitaire et pleurnichard à ses heures perdues, il me donne l’impression d’être spectateur de sa vie devant les autres. Même si beaucoup de choses sont annoncées dans les « j’aime/j’aime pas », pas grand-chose nous est présenté après, ce que je trouve dommage. Ça m’aurait aidé à mieux comprendre ce personnage. Mais il y a un point très positif là-dedans, ce qui justifie le risque pris : je vais m’amuser à le découvrir en rp. Pour terminer, les présentations de gens aussi banals physiquement ne sont pas nombreuses...
M'enfin, le mec a quand même des cheveux longs dans SAO.


Auto-modération 2/4
Personnage qui est plutôt négatif. Sa vie, du peu qu'on en voit, décrit un mec banal qui a en plus souffert d'un changement de pays (France -> Japon) et de la séparation de ses parents. Des problèmes psychologiques à noter suite au rire issu de l'annonce. J’ai vu plutôt une vision de son bon sens. Genre, comment qu’elle est trop bonne la blague, le Kayaba veut se la jouer dans un manga dramatique. « Allez mon grand, arrête de faire ton ténébreux, dis-moi comment sortir. » Ceci n'est contrebalancé que par son incroyable adaptabilité au combat contre le sanglier.
De mon point de vue, il semble avoir autant de défauts que de qualités, comme énoncés plus haut. Par contre, le fait qu’il puisse aisément combattre un troupeau de sangliers dès le début me chiffonne. Même s’il a pu perfectionner ses mouvements de Kung-fu avant de les voir, le système de combat dépend surtout des chiffres et des compétences. Même avec Analyse, Expertise et sa bonne précision, et sans stuff, je doute qu’il auraitt pu s’amuser toute une journée hors de la ville, surtout au niveau 1. Petite remarque pour sa difficulté à bouger au début du jeu !

Qualité de la langue 3/4
Au début c'était vraiment bien, mais de plus en plus dans la fiche, des fautes de relecture, de frappe ou de conjugaison (concordance des temps ou simple conjugaison basique) ont commencé à infester la fiche. Mention spéciale à "Etat-ce-ce". Les phrases sont claires néanmoins et on comprend facilement.
Franchement, j’ai adoré te lire, tu es vraiment très agréable. Il y a très peu de fautes avec un vocabulaire simple à comprendre et des phrases très fluides dues à une très bonne utilisation de la ponctuation. J’ai remarqué surtout des fautes d’accords (singulier, pluriel, féminin, masculin) mais c’était vraiment pas dérangeant pour moi. Surtout que la présentation est longue, il est donc normal de relever des erreurs. Oui, vraiment, bravo !


Je déplore vraiment le manque d'information sur la vie avant SAO de ton personnage. Ce qui donne en fait très peu d'éléments sur lui finalement.


Ce qui te fait une note globale de 13/20 (le 0,5 est vu à la baisse) pour un niveau 16 ! C'est vraiment bien, félicitations ! Il te restera à rapidement changer le souci temporel (préviens-moi quand tu l'auras fait !). Puis tu pourras remplir ta fiche technique, demander tes compétences et éventuellement, créer ta fiche de liens ! J'espère qu'on se reverra en rp !


[EDIT] Finalement, pas besoin de faire de modification ! Désolée, je débute x). Tu peux commencer à t'amuser !
Revenir en haut Aller en bas


Je m'appelle Contenu sponsorisé et je suis



MessageSujet: Re: Monde réel ou virtuel? | Yoki [100%]

Revenir en haut Aller en bas

Monde réel ou virtuel? | Yoki [100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sword Art Online - Rpg :: -Avant de commencer- :: Présentations :: Présentations validées-