Le monde de Sword Art Online s'offre à vous, survivrez-vous à l'aventure ...?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Un recensement a été mis en place. Recensez-vous sur ce lien !

Partagez|

Yagi la chèvre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Paladin

avatar

Je m'appelle Yagi et je suis Paladin


Messages : 71
Date d'inscription : 18/08/2017


Feuille de personnage
Âge: 31
Anniversaire: 06/08/1991

MessageSujet: Yagi la chèvre Ven 18 Aoû - 10:29


Yuzu Himeka

« Je voulais une rose, il m’a offert un jardin »




Feat. : Fruits Basket – Kyoko Honda

Pseudonyme : Yagi

How old are you ? : 31 ans

Date d'anniversaire : 6 août (1991)

Fille ou garçon ? : Femme

Nationalité : Japonaise

Classe : Paladin

Et ton arme ? : Masse

Autres compétences : Bouclier; Récupération d'urgence

Ce que tu aimes : Les fleurs, la nature, les enfants, le grand air, le soleil, la randonnée, boire un verre entre amis, le cinéma, la musique, l’art...

Ce que tu n'aimes pas : les loups, la fumée (de cigarette, de cuisine, de feu de camp), les pessimistes, quand il fait noir, les choses trop sucrées, les odeurs trop fortes

Histoire x 360 mots min


6 novembre 2006

Yuzu soupira et sortit une feuille de son classeur en marmonnant. Ce devoir était trop nul franchement, comme si la prof allait envoyer leurs lettres à de vrais anglais. C’était elle avec son accent pourri qui allaient les corriger, c’était sûr et certain. En plus, l’adolescente n’avait pas la moindre idée de la manière donc elle allait se présenter à une (ou pire, un !!) parfaite​ inconnue. Elle parti du principe qu’on enverrait sa lettre à une fille. Encore une preuve que madame Swanson, leur prof venue spécialement de là-bas avec son accent “écossais" serait leur correspondante à eux tous. Mais il fallait au moins faire l’effort de bien travailler si elle voulait avoir une bonne note et pouvoir aller au ciné avec son amie Hime. Elle décida donc de s’y mettre tout de suite et commença comme elle avait toujours tout commencé. Par le début, mais avec une accroche bizarre.

Les années 1990 étaient sûrement les meilleures pour naître au Japon pour beaucoup de gens, on grandissait au milieu des jeux vidéos et on découvrait les pokémons et autres joyeusetés du genre. Moi je me fiche pas mal de tout ça. Les jeux vidéos n’ont jamais été mon fort, même si je ne les déteste pas. Je m’appelle Yuzu, je suis une jeune fille de 15 ans et j’ai décidé de t’écrire toutes les semaines. Je n’ai pas vraiment le choix, c’est pour le projet d’anglais, je suis sûre que c’est pareil pour toi. Je pourrais te dire où je suis née, mais tu t’en fiches sûrement complètement alors à la place, je te propose de parler jeux vidéo ou littérature. Le choix t’appartient, profites-en.

Yuzu.

PS: franchement, j’espère que la prof ne va pas râler sur mon quota de mots, je ne vois pas comment faire connaissance avec quelqu’un par écrit, c’est passé de mode avec les ordis.


Étonnamment, ils reçurent tous une réponse deux semaines plus tard. Yuzu fut plutôt contente de son correspondant et lui répondit en rentrant​ chez elle, prenant à peine le temps d’enlever des chaussures, ce qui déclencha une remarque de sa mère.

Cher Adam,

Je suis assez étonnée de tomber sur un garçon et que tu aies choisis les livres comme sujet de discussion ! Je vais donc te parler un peu des livres qu’on trouve chez moi et répondre à tes questions. Alors oui, bien sûr que les Japonais écrivent !! Ce n’est pas parce qu’on a des ordinateurs qu’on ne lit jamais, même si au fond, les bibliothèques n’ont pas grand succès pour les romans… les libraires de chez nous sont beaucoup plus sympa, on pratique le “tachiyomi”, on peut à peu près traduire par “lecture debout”. On peut prendre un magazine et le feuilleter pour ensuite le remettre sur l’étalage avant de prendre le métro, c’est beaucoup moins mal vu que chez vous (mon père m’a dit qu’on avait un jour osé le traiter de voleur !!) Vous êtes un peuple étrange à garder votre lecture bien enfermée dans de beaux bâtiments. Je suis étonnée que tu ne m’aies pas poser de question sur nos auteurs, mais je comprends, tu ne pourrais sans doute même pas les lire en langue originale alors ça perd de son charme.

Pour répondre à tes questions sur moi, oui Yuzu est mon vraiment prénom et oui je sais que c’est “un truc qui se mange”. Mes parents s’appellent Kotaro et Maï, je suis née le 6 août 1991, mon signe astrologique chinois est la chèvre.  Je suis d’origine japonaise évidemment, j’ai des longs cheveux noir, raides, des yeux noirs aussi en amende… enfin je pense que vous dites bridés plutôt. Je te joins une photo, tu jugeras par toi-même.
J’aime beaucoup la cuisine, mais je ne sais pas ce que je vais faire plus tard, pour le moment je fais des études de lettres avec renforcement en anglais et en math. Ça ne me déplait pas, mais ça ne me plaît pas spécialement non plus. J’habite avec ma tante pour le moment, mes parents habitent la campagne et c’était plus facile pour eux de m’envoyer étudier à la ville.

Et toi alors ? Quand es-tu né ? Tu habites avec tes parents ? Tu as des frères et des sœurs ? Moi je n’ai qu’un frère plus vieux… écris-moi vite !!

Yuzu


19 octobre 2009

Bonjour Adam !

Il s’est passé longtemps depuis ta dernière lettre et depuis la mienne, j’en ai bien conscience, mais j’ai été très occupée avec mon entrée à l’université. J’ai enfin choisi ma spécialisation, je vais travailler les langues vivantes pour devenir interprète. Je sais, tu vas me dire que c’est de la folie pure, mais j’ai toujours été douée en langue et j’ai pris un cursus anglais-français pour trouver du boulot plus facilement.

Pour le moment les cours se passent très bien et côté coeur, je sors avec un garçon plutôt sympa, mais assez à côté de ses pompes qui s’appellent Hiro. C’est un genre de nerd C’est un type qui ne pense qu’aux mangas et aux jeux vidéos, il n’a pas beaucoup de conversation et on ne se parle pas beaucoup, ça ne va pas durer. Il est même possible que ce soit terminé le temps que tu reçoives ma lettre !

J’ai hâte d’avoir de tes nouvelles. Comment va ton père ? Tu comptes toujours travailler dans sa pharmacie plus tard ?

Amicalement, ta Yuzu.


25 juin 2015

Mon gros,

Je dois t’avouer que ça me fait tout drôle, je viens de déballer mon dernier carton ici à Welwyn Garden City ! Je suis contente de pouvoir voir plus souvent William, mais j’ai une de ces trouilles ! Je ne le connais que depuis quelques mois et je ne sais pas si notre histoire va vraiment pouvoir durer, j’ai été embauchée chez la concurrence et se rencontrer sur le lieu de travail alors que les patrons sont en train de se crêper le chignon, c’est un peu moyen non ?

Il m’emmène au restaurant ce soir alors j’espère que tout va bien se passer, je t’enverrais un mail pour que tu me sauves si ce n’est pas le cas alors garde ta saleté de téléphone près de ta face d’européen malappris !

Je vous embrasse affectueusement ta nana et toi !

Ta chèvre


31 Octobre 2017

De : Yuzu_Himeka@VideoCenter.uk
À : Adam.Hemsworth@Pharmacorp.jp

Salut mon gros !

Je serais bien présente à votre mariage à Sarah et toi ! Comme cadeau, je vous ramène un bon Fish and Chips bien dégoûtant ?
Alors oui je viens accompagnée, oui ce sera William et oui j’interdis à ta femme d’envoyer le bouquet sur ma figure.

Much love sur vos tronches et happy halloween mes crevettes !



La chèvre



28 Décembre 2018

De : Yuzu_Himeka@VideoCenter.uk
À : Adam.Hemsworth@Pharmacorp.jp

Salut Adam !

Contente de savoir que tu as reçu le fair-part et que tu viens nous souhaiter tout le bonheur du monde ! (Tu diras à ta femme que je lui jetterais des confettis sur la figure pour me venger pour le bouquet… et qu’elle aura une boîte de chocolat)

Pour ce qui est du thème, William et moi pensions aux héros ! À toi de voir si tu veux être un héros de littérature, de jeux vidéo ou d’autre chose. Si tu veux savoir si ton héros est déjà pris (je sais que tu détestes ne pas sortir du lot Wink ) tu peux me demander ! J’ai la liste complète des invités et de leur choix ! Tu peux aussi en inventer un d’ailleurs <3

Je vous embrasse fort fort tous les trois !!

Yagi, la chèvre



05 Mars 2020

Mon cher Adam,

Je suis ravie de t’annoncer que Sarah et toi allez bientôt devenir marraine et parrain ! William et moi avons enfin réussi à créer un petit bout d’homme qui pousse dans mon ventre. On ne sait pas encore si c’est une fille ou un garçon, mais je te tiens au courant dès que j’en sais plus.

À part ça, notre installation est enfin terminée, William a finalement déballé son dernier carton de livres et ils sont rangés dans la bibliothèque. Après tout, ça fait déjà quatre ans qu’on vit ensemble alors il était plus que temps que tout soit enfin rangé ! Je suis super heureuse et j’adore notre petit jardin. William m’a même convaincue de prendre quelques cours d’horticulture et de jardinerie pour que je puisse m’occuper du potager avec lui, j’ai mon premier cours ce soir.

Je crois que je vais aimer m’occuper de ce jardin maintenant que j’ai un horaire plus fixe au boulot. Je m’occupe des transcriptions pendant les visio-conférences et ça me permet d’avoir une belle petite journée 9h-17h30 parce que mon patron a une famille et qu’il a peur que sa femme divorce. C’est mal, mais je me réjouis de la pression qu’elle lui met !

Comment ça se passe à ton nouveau boulot ? Il faudra que tu m’envoies ta nouvelle adresse mail si tu n’as plus celle de Pharmacorp ! Et n’oublie pas que Sarah et toi vous passez quand vous voulez !

Je vous embrasse, fais une bise à Richard de la part de sa marraine !



19 Avril 2020

De : William.Avery@Mailto.uk
À : Adam.Hemsworth@JapAirline.jp

Adam,
Appelle à la maison en urgence le temps que je rentre s’il-te-plaît. Je crois que Yuzu a un problème, elle parlait de son shopping bébé puis elle a crié et là son téléphone portable est par terre quelque part dans la maison pendant qu’elle pleure dans une pièce pas loin. Tiens moi au courant.

Will.


21 Décembre 2020

Cher Adam,

Pardon pour ce long silence d’approximativement quinze semaines et huit jours (ou seize semaines si tu préfères. Ou longtemps en fait.) Pour le moment tout va bien, je suis sortie de psychiatrie la semaine passée et je suis rentrée à la maison avec Will. J’ai encore beaucoup de travail pour oublier que j’ai failli avoir un bébé et que finalement, il n’est pas avec nous.

Je préfère parler d’autre chose, le psy m’ennuie déjà assez avec cette histoire de lâché de ballon ou je ne sais quoi… Alors je vais plutôt te parler du nouveau travail de William qui ne le satisfait pas, mais qu’il ne veut pas quitter à cause du salaire élevé et des horaires réduits. Il rentre tôt à la maison et moi, je continue de m’occuper de mon potager. On a ajouté une petite serre au fond du jardin qui fonctionne globalement à l’énergie solaire et à l’eau de citerne. C’est ce que m’a  a dit le père de Will, Howard, qui nous l’a installée, même si j’y comprends rien. Je pense que je vais y planter des tomates. William adore les tomates alors ça lui ferait sûrement plaisir. J’y mettrais peut-être des courgettes aussi. Ce potager est la seule chose qui est encore viable parmi mes projets, demain mes parents devraient arriver pour passer noël avec nous, c’est toujours aussi bizarre de vivre à moitié au japon et à moitié ici, en Angleterre. J’ai un peu l’impression qu’on a une garde partagée…

Préviens-moi si Sarah et toi venez pour le nouvel an, je ne sais pas si je vais faire l’effort de cuisiner autrement.

Je vous embrasse,

Yuzu


18 Février 2021

De : Yuzu_Himeka@Mailto.uk
À : Adam.Hemsworth@JapAirline.jp

J’ai reçu un mail de Sarah, qu’est-ce qu’il s’est passé bon dieu ??
Rappelles-moi !!



20 Février 2021

De : Yuzu_Himeka@Mailto.uk
À : Adam.Hemsworth@JapAirline.jp

C’est quoi cette histoire de bébé pas à toi par les dieux ??? RAPPELLES_MOI !!!!

04 Avril 2021


Cher Adam,


Je sais que ces derniers mois ont été difficiles pour toi, mais je pense que Sarah a bien fait de partir. Elle aurait dû te laisser décider de si oui ou non tu voulais garder contact avec Richard, parce que même si ce n’est pas ton fils biologique, il reste ton enfant… Tu peux toujours demander à avoir sa garde, tu l’as reconnu et même si elle dit maintenant qu’il n’est pas de toi, aux yeux de la lois c’est ton fils.

Je ne sais pas trop comment ça marche là-bas, je suis partie il y a trop longtemps et je n’ai jamais eu affaire à ce genre de situation, mais si tu n’essaies pas de le récupérer, tu ne pourras jamais le revoir. Et puis au moins, maintenant, tu n’as plus à t’en vouloir de trouver Julie charmante. C’était peut-être un coup du destin qu’elle arrive au moment où ça commençait à ne plus aller avec Sarah.

Je suis toujours sa marraine, si j’ai des nouvelles, je te tiens au courant.

Je pense fort à toi mon gros.

Ta Yagi



4 Juillet 2021

De : Yuzu_Himeka@Mailto.uk
À : Adam.Hemsworth@JapAirline.jp

Je sais que tu m’as dit qu’il valait mieux éviter le mail du boulot, mais je suis vraiment mal là. Will a eu un accident, enfin son train… Il a déraillé et là il est à l’hôpital, on l’opère et ses parents ne sont pas arrivé, je t’en pries appelles-moi, je suis à la limite de craquer…


13 Septembre 2021

Cher Adam,

Will va mieux d’après les médecins, il ne sera plus jamais le même et il sera sûrement en fauteuil, mais il est vivant. Je devrais pouvoir le ramener à la maison d’ici deux ou trois semaines si tout va bien, il a encore subi une opération, mais celle qui vient sera normalement la dernière. Son calvaire est bientôt terminé.

Son visage est tout écorché et il lui manque la moitié de la joue… Je sais qu’à toi je peux le dire, j’ai peur de ne pas savoir comment m’occuper de lui et il me fait peur. Je l’aime toujours autant, mais il me fait peur, parce que son visage est tout… cassé, et parce qu’il regarde toujours fixement les gens sans parler, sans sourire, avec un regard noir. Comme s’il nous en voulait d’aller mieux que lui. Je ne sais pas si je pourrais supporter ça à la maison, tous les jours, surtout pas maintenant que j’ai repris le boulot.

Parles-moi un peu de Julie et toi, je n’ai plus eu de nouvelles de vous depuis ce fameux dîner raté au restaurant ! Si elle t’a plaquée, je viendrais lui botter l’arrière-train.

J’emmènerais Will, ça lui ferait du bien de te voir.


21 Novembre 2021

De : Yuzu_Himeka@Mailto.uk
À : Adam.Hemsworth@Yamail.jp

Merci pour ton soutient… L’enterrement a lieu demain…
Yuzu…


10 janvier 2022

Yuzu referma les lettres en soupirant, un petit pincement au coeur. Ça faisait pratiquement 15 ans qu’elle avait entamé sa correspondance avec Adam et au jour d'aujourd'hui, cela faisait 3 semaines qu’elle n’avait plus de nouvelles. Quelques années après avoir décroché son diplôme, Yuzu avait décidé de s’expatrier pour aller vivre en Angleterre quand Adam, un peu plus âgé qu’elle, avait suivi son boulot jusqu’au Japon. Leur relation épistolaire avait perdurée pendant des dizaines d’années, les deux amis s’envoyaient des colis, parlaient de leurs relations amoureuses, de leur conquêtes, de leurs mariages, de leur famille… Pourtant aujourd'hui, alors qu’elle avait le plus besoin de lui, son ami restait silencieux et n’avait toujours pas répondu à sa lettre datant de début décembre. Elle savait que la société de courrier était loin d’être rapide alors elle lui avait envoyé un mail la veille et là encore, pas de réponse. Elle laissa quelques​ larmes rouler sur ses joues et secoua la tête pour se regarder dans le miroir. Elle n’était plus la jeune fille de 15 ans qui écrivait ses premières lettres (un peu nulles, il fallait l’avouer), mais elle faisait beaucoup plus que ses 30 ans. Ce devait être l’effet du deuil sans doute.

Son mari, qu’elle avait rencontré ici alors qu’elle bossait en temps qu'interprète pour une société concurrente, avait eu un accident de train environ six mois plus tôt. Il était resté un temps à l’hôpital où on lui avait dit qu’il serait défiguré, mais qu’il pourrait rentrer à la maison bientôt, il était rentré. Il y était retourné pour une autre opération quelques semaines plus tard, puis il y avait eu des complications et son coeur n’avait pas supporté le choc. Yuzu avait beaucoup pleuré, puis elle s’était calmé et avait décidé de rentrer au Japon définitivement, mais elle ne voulait pas faire la route seule alors elle avait envoyé une lettre à son meilleur ami pour qu’il l’attende au moins à l’aéroport. Elle avait déjà quitté son travail et se débarrassait des affaires dont elle n’aurait plus besoin comme les meubles qu’elle ne voulait pas faire voyager parce que c’était simplement impossible. Elle ne voulait pas non plus emmener les affaires de son mari et, quand elle entendit frapper à la porte de sa petite maison de Welwyn Garden City, elle fonça ouvrir pour se jeter dans les bras de l’homme d’âge mûr qui se tenait derrière la porte.

“Toto-san…”
“Yuzu… Allons mon enfant, ça va aller…”

Il avait beau dire ça, l’homme pleurait avec elle et caressait les cheveux de sa belle-fille, sans même penser à entrer dans la maison. Le temps était étonnamment doux pour la saison et son long manteau lui permettait de ne pas avoir froid de toute façon. Il se recula pour regarder Yuzu dans les yeux, laissant la jeune femme renifler et s’essuyer les yeux pour enfin poser le pied dans la maison. Elle semblait bien vide à présent que la moitié des meubles étaient vendus et que la plupart des affaires étaient dans des cartons traînant ça et là. Il avait déjà fait plusieurs voyage et là, il venait récupérer les derniers cartons des affaires de son fils, ne comprenant tout de même pas pourquoi la jeune femme refusait de rester avec eux. Elle était venu ici pour un boulot d’interprète chez une société spécialisée en jeux vidéo en ligne alors qu’elle n’aimait pas particulièrement ce domaine et il ne savait pas ce qu’elle pourrait bien faire une fois revenue chez ses parents.

“Yuzu ma chérie, vous êtes certaine… ?”
“Oui Toto-san… Je dois retourner au japon je… mes parents me manquent et je ne pourrais pas rester dans cette maison sans penser à William... “

C’était impossible de la faire changer d’avis, elle avait décidé de sa destinée et elle ne reviendrait pas en arrière, malgré l’amour qu’elle portait à ses beaux-parents. Elle n’avait encore rien dit à Howard et Amanda, mais elle attendait un bébé. Un joli petit bout d’homme grandissait dans son ventre. Yuzu se demandait quelle nuit il avait été conçu, parmi celles​ plutôt rare où William et elle avait eu un dernier moment d’intimité avant sa dernière opération. Elle avait été soucieuse de l’état de son mari, mais plus soucieuse encore qu’il prenne son refus comme la preuve qu’elle ne l’aimait plus avec son visage, alors elle avait été douce, précautionneuse même, pour s’assurer que tout se passerait bien.

Aujourd’hui, elle ne savait pas si elle devait regretter d’être enceinte et d’avoir peut-être causé la fatigue du coeur de son époux ou si, au contraire, elle devait se réjouir d’avoir cette petite plante, dernier cadeau de son mari.

Elle frotta son visage et regarda ailleurs pour ne pas tomber sur les petits body qu’ils avaient acheté à l’époque pour le premier bébé qui n’était pas venu au monde. Elle renifla et les sépara en deux paquets, refusant de garder ceux qu’elle ne trouvait pas joli ou qui étaient attachés à un souvenir un peu trop fort pour elle. Ce fut le cas pour le body bleu avec un petit bateau rouge à voile blanche. C’était le premier que William et elle avaient acheté dès qu’ils avaient su pour le bébé, elle ne voulait pas penser à ces moments où ils avaient été heureux. C’était un peu trop pour elle, elle préférait emporter le body blanc avec un gros poulpe orange, cadeau qu’Adam leur avait envoyé à l’époque. Son manège n'échappa pas à son beau-père, mais il garda le silence. Peu importait ce qu’il ferait, il savait que la jeune femme refuserait de rester malgré tout, elle était trop bornée pour ça. Il espérait simplement qu’elle ne les empêcherait pas de voir leur petit-fils s’ils décidaient de faire le voyage jusque là-bas. Ils s’étaient pris d’affection pour la jeune femme, elle avait rendu leur fils heureux, elle ne l’avait pas abandonnée quand il avait eu son accident.

Les derniers paquets furent faits si vite qu’Howard eut à peine le temps de se rendre compte que la maison était vide. Yuzu avait dit qu’elle ne voulait pas la vendre, mais qu’elle la louerait sur base de ce que le vieux couple lui dirait des visiteurs. Cette maison était parfaite pour un jeune couple qui souhaitait agrandir leur petite famille et elle savait qu’elle n’aurait pas la force de s’en défaire entièrement, que peut-être un jour elle voudrait revenir en Angleterre avec son fils et reprendre sa maison. Elle boucla sa valise, éclata en sanglot et ne vit même pas le temps passer entre le moment où elle monta en voiture avec Howard et le moment où elle trouva enfin sa place dans l’avion qui la ramènerait au Japon. Elle avait passé tout le vol à osciller entre le rire presque hystérique face aux dessins animés pour enfants qui passaient et à la crise de larmes quand il y avait des moments d’émotions.  Quand son père la récupéra à l’aéroport, elle était calmée, lui offrit un pauvre petit sourire et eut la larme à l’oeil en serrant sa mère dans ses bras, soulagée d’être enfin arrivée. Elle regrettait déjà d’avoir abandonné toute sa vie anglaise, ses amis, son boulot et même William… Même s’il n’était plus là, l’Angleterre ça restait lui. Elle resta silencieuse tout le long de la route, ses parents la ramenait à la maison à Takayama, la “petite Kyôto”.Elle avait  toujours aimé sa ville natale et son côté “figé dans le temps”, très traditionnel et, en même temps, qui continuait de suivre le mouvement et restait malgré tout assez à la page.

En grandissant, Yuzu avait appris que ses parents l’avaient envoyée à la ville parce qu’ils avaient peur de perdre leur ferme et que, si le frère restait pour travailler et faire le maximum, la petite était trop jeune et avait besoin d’une éducation. Ce n’était que bien plus tard qu’elle avait appris que c’était sa tante qui avait payé ses études, attendant que les parents puissent la rembourser petit à petit. Yuzu avait voulu faire quelque chose pour eux, pour les remercier de leurs sacrifices, mais il n’y avait pas grand chose qu’elle ait pu faire alors elle voulait se racheter maintenant. Elle avait prit ses économies et ce que lui avait laissé William, ce n’était pas énorme, mais elle pourrait acheter un étal et faire en sorte de vendre les légumes de ses parents ainsi que quelques fleurs peut-être. Elle ne s’était pas encore vraiment décidée, mais son frère et son père travaillaient à la ferme et la femme du premier avait un enfant dont elle devait s’occuper, il lui fallait quelque chose de plus calme et elle pourrait donc travailler entre soeurs, garder le tout dans la famille.

13 Février 2022

“Mon cher Adam,

Je suis enfin installée, je dors chez les parents pour le moment, dans la même chambre que ma nièce dont je m'occupe un peu pour soulager ma soeur. Mon frère a bien fait d’épouser cette femme, elle est douce et adorable, je l’ai toujours beaucoup aimée, mais c’est elle qui s’occupe le mieux de moi quand je me sens un peu moins heureuse. J’aimerais pouvoir venir te voir à Tokyo, mais les cinq heures de trajet me font peur, surtout toute seule. Papa m’a dit que si tu voulais passer un moment de vacances à la maison, tu pouvais.

J’ai complètement oublié de te demander les nouvelles de la demande de garde alternée pour Richard, j’espère que tout se passe bien. Sarah prend souvent de mes nouvelles et m’en donne de lui, mais elle ne parle jamais de ça et ça m’est sortit de la tête.

Je sors de la banque, j’ai déposé l’acompte pour acheter un petit étal en ville. Les parents ont acceptés que ce soit ma contribution en tant qu’actionnaire (j’ai trouvé l’idée assez stupide pour le coup, mais c’est pour me protéger sans doute) et donc ils ne paieront rien. J’espère pouvoir les aider à gagner en visibilité avec ça, pour que la ferme qui est un peu en retrait se porte mieux. C’est sans doute ma soeur qui m’amènera les légumes le matin, elle possède un genre de camionnette cubique. Je préfère ne pas conduire, mon permis anglais n’est surement pas adapté pour ici, mon frère va m’aider à reprendre le volant quand il aura du temps, mais tu te doutes bien que ça prendra du temps.

Donne de tes nouvelles, tu me manques beaucoup,

Yuzu.”


La jeune femme passa par la poste pour déposer sa lettre. Elle était mal écrite et elle n’en avait pas fait de copie cette fois, mais elle s’en fichait pas mal, elle avait besoin de son meilleur ami, d’une visite, de faire avancer un peu les choses. Elle était allée voir le médecin de sa soeur pour confirmer qu’il y avait bien un petit bout d’homme qui poussait dans son ventre et il avait déjà des petites jambes. Elle avait failli pleuré quand le gynécologue lui avait fait sa première échographie, elle voyait vaguement la tête et un… morceau de bras d’après le médecin qui l’avait félicitée. Elle l’avait remerciée et elle était partie avec cette petite photo qu’elle serrait contre son coeur comme s’il s’agissait d’un trésor magnifique. Elle rentra chez ses parents en prenant le bus qui l’amena près de la ferme, là où il ne lui restait plus qu’une dizaine de minutes de marche. Elle déglutit avant de rentrer, il n’y aurait que la femme de son frère, sa charmante soeur, à la maison dans l’immédiat, mais elle ne savait pas comment elle prendrait cette grossesse alors que le papa n’était plus là. Elle entra et la trouva dans la cuisine. Elle regarda cette petite femme fine aux longs cheveux tressés qui était en train de cuire les légumes. Yuzu renifla et agrippa son bras pour le griffer nerveusement, ne sachant pas comment aborder sa soeur qui l’avait déjà entendue et lui souriait déjà.

Tu es rentrée Yuzu-chan ? Tout va bien ?

Elle hocha la tête et leva des yeux humides vers la jeune femme avant de lui tendre la petite photo noir et blanc à deux mains, effrayée à l’idée que son enfant, le cadeau de son tendre époux, ne soit pas accepté par sa famille.

Oh mon dieu… Yuzu !!! Mais c’est magnifique !! Il faut qu’on fête ça !

27 Mars 2022

Yuzu offrit un petit sourire timide à Masako, la femme de son frère. Les deux femmes étaient au magasin avec la petite fille de 5 ans qui regardait sagement un dessin animé sur sa tablette derrière le comptoir pendant que sa tante s’occupait de ranger les légumes de la ferme sur les étalages et que Masako s’occupait de la caisse. Yuzu avait besoin de travailler pour se rendre compte qu’elle y arrivait, même si sa soeur lui avait imposé de se ménager quand même, pour éviter le moindre problème avec le bébé. Alors l’ex-anglaise arrangeait les étales de légumes et elle remplaçait parfois Masako à la caisse et conseillait les clients. Pour beaucoup, ils découvraient tout juste la ferme et ses produits et c’était une bonne chose, parce que du coup, cette petite étale en ville faisait beaucoup de bien niveau vente.

6 août 2022

Joyeux Anniversaiiire !!

Yuzu souriait comme une enfant devant l’énorme gâteau à la carotte que lui avait préparé Masako. Sa soeur avait passé du temps avec elle et elle avait fait choisi de lui faire son gâteau favori pour son anniversaire. Les deux soeurs étaient devenues plus proches que jamais et il n’y avait que Masako qui soit capable de comprendre les élans émotifs de la femme enceinte. Elle en était à huit mois de grossesse maintenant et le bébé donnait d’énormes coups de pieds dans son ventre et elle avait pratiquement tout le temps faim de trucs bizarres, mais là elle était simplement heureuse avec son morceau de cake. Sa mère avait été très présente aussi, même si elle avait du mal à comprendre sa fille et elle passait souvent au magasin pour aider les deux jeunes femmes ou amener du ravitaillement quand c’était nécessaire. La ferme avait pu s’étendre un peu et acheter trois vaches laitières. Ce n’était pas énorme, mais ça leur permettait d’avoir du lait en suffisance et d’ajouter un petit produit. De plus, plusieurs autres fermiers de la région avaient décidé de mettre en place une sorte de coopérative, ils commençaient à échanger des produits de leur ferme pour varier leur propre repas. Yuzu commençait à se sentir mieux, même si au niveau de sa grossesse, elle était dans une phase creuse. Une de ces phases où elle doutait de vouloir un bébé, où elle n’était pas sûre d’y arriver sans Will, où elle était persuadée qu’elle serait une mauvaise mère. Heureusement, Masako n’avait qu’à lui sourire et lui montrer comme elle s’y prenait bien avec sa fille pour que sa soeur se calme et se dise qu’elle y arriverait avec l’aide de sa famille.

30 Octobre 2022

De : Yuzu_Himeka@Mailto.uk
À : Adam.Hemsworth@Yamail.jp

Salut gros,

désolé je ne suis pas très réveillée, le bébé ne fait pas ses nuits, ils pleurent tout le temps, je ne sais pas comment le calmer. J’aurais peut-être pas dû le garder sans Will, je suis pas sûre d’y arriver…
Je ne comprends rien à ton trucs de commande en ligne de “Sword Art Online” ni de NerveGear, je suis trop crevée pour chercher, il faudra être plus clair

Bisous, Yuzu


4 Novembre 2022

Hey !

J’ai bien reçu ton colis, pour le moment Masako s’occupe du bébé, ils sont partis au parc avec mon frère et leur fille pour me laisser un peu de temps libre. J’ai allumé le NerveGear, j’espère vraiment que ça vaut le coup parce que c’est cher à en crever ton truc ! Tu es sûr de vouloir que je l’essaie avant toi ? Je sais que tu veux prendre soin de moi et m’aider à “m’évader un peu” en essayant un nouveau jeu vidéo, mais j’ai peur de ne pas aimer.

Les serveurs ouvrent quand ? Tu es sûr de ne pas vouloir jouer d’abord ?


6 Novembre 2022

Yuzu regarda le NerveGear qu’elle avait payé une véritable fortune et qu’elle avait allumé et calibré la veille en le posant sur sa tête et en se touchant le corps comme ça lui était demandé. Elle n’aimait pas trop l’idée de devoir enregistrer absolument tout ça dans ce drôle de petit boîtier, mais Adam s’était plié en quatre pour lui envoyer une copie de ce jeu pour qu’elle puisse se changer les idées, il était venu, il s’occupait du bébé avec Masako, son frère et ses parents…. Elle avait juste à mettre le jeu dans la console et à l’allumer pour passer un peu de bon temps, loin de la vie et des difficultés… Une petite heure de jeu ne pourrait pas lui faire de mal. Alors elle posa le casque sur sa tête, s’allongea pour se mettre à l’aise et prit une grand inspiration.

Link Start !

Ce jeu était une pure horreur pour elle, elle n’arrivait même pas à marcher, elle rampait à moitié et tentait de se mettre debout, mais ses jambes tremblaient et dès qu’elle tentait de faire un pas, elle se ramassait. Elle avait l’air stupide, purement stupide. Mais c’était tellement drôle de tomber comme ça et de se retrouver face à d’autres joueurs qui galéraient autant qu’elle ! En plus il faisait tellement beau ici, elle sentait presque le soleil sur sa peau ! Elle aimait ce monde c’était fou comme elle pouvait l’aimer, elle aurait aimé rester ici un peu plus longtemps. Elle regarda l’heure 15h… Elle se déconnecta  pour descendre voir sa famille et le bébé. Elle le cajola un peu, mais le rendit rapidement à sa soeur. C’était encore une journée sans aujourd’hui, elle papota avec Adam qui lui annonça qu’il repartait d’ici une dizaine de minute pour ne pas manquer son train et repartir à Tokyo. Elle lui proposa de lui rendre son jeu, mais il déclina en lui disant qu’il pourrait toujours racheter une copie s’ils sortaient de nouveaux exemplaires et qu’au pire, elle pouvait lui renvoyer par la poste quand elle aurait un peu joué. Elle lui sourit et le serra dans ses bras, décidant tout de même de l’accompagner jusqu’à la gare, parce qu’il avait fait l’effort de venir la voir et que, même si elle était morte d’impatience de retourner jouer, elle restait une femme civilisée. Elle monta à l’arrière à côté du siège bébé et lui fit des grimaces et des bisous pendant tout le trajet. Il était vraiment mignon avec ses petits bras potelés, ses grosses joues et ses grands yeux éveillés. Elle l’aimait c’était certain, c’était juste que parfois, quand il pleurait elle avait envie de pleurer aussi parce qu’elle n’arrivait pas à le faire taire. Dans ses moments elle l’aimait moins et elle se trouvait horrible de l’aimer moins, alors elle culpabilisait et elle aurait voulu le lui reprocher.

Dès qu’Adam fut monté dans le train, elle cessa de penser à lui, faisant vaguement coucou à la fenêtre où il était assis et songeant à ce jeu qu’elle voulait ré-essayer avant ce soir. Elle reprit la route pour rentrer à la maison et monta devant, laissant le bébé seul à l’arrière, parce qu’il n’avait pas besoin d’elle quand il dormait. Elle profita de sa sieste pour demander à Masako si elle pouvait lui laisser l’enfant encore un peu, bénissant la jeune femme patiente qui accepta sans broncher. Yuzu fila dans sa chambre, remit l’appareil sur sa tête et le ralluma pour se replonger dans ce nouvel univers avec un forme d’impatience qu’elle n’avait pas connu depuis longtemps.Elle ouvrit ses nouveaux yeux et regarda autour d’elle puis regarda l’heure : 16h24. Elle resterait au moins une petite heure, le bébé se réveillerait sans doute une fois, mais Masako s’occuperait de lui pour ne pas la faire se sentir mal, elle le savait.

Elle reprit l’exercice où elle l’avait laissé tout à l’heure, elle ré-apprit à marcher, puis à trottiner et enfin à courir. La jeune mère sentait le vent sur sa peau, le soleil qui déclinait et donc il commençait à faire un peu plus frisquet, elle ressentait tout comme dans le vrai monde sauf qu’ici, elle était une femme forte, pleine de vie et d’espoirs.. Elle se sentait enfin libre, légère et intrépide comme dans sa jeunesse, un peu avant de déménager en Angleterre, quand elle avait utilisé les économies de ses petits boulots pour partir à l’aventure.

Quand elle fut téléportée sur la place de la ville des débutants, elle ne s’inquiéta même pas, elle était juste heureuse d’être là pour assister au discours (qu’elle devinait de bienvenue) du maître du jeu. Elle trouva la substance rouge dégoulinante un peu glauque, mais c’était un pays de monstre et de combat alors ne s’en inquiéta pas trop longtemps. Puis elle écouta. Elle écouta jusqu’au bout alors que son sourire s’effaçait peu à peu. Elle écouta et analysa chaque mots jusqu’à songer qu’elle ne serait donc pas obligée de s’occuper de son bébé, qu’elle pouvait rester “Yagi la chèvre”, cette femme aux allures de nordique rousse, grande et musclée. Et il y eu le miroir. Alors elle comprit. Elle n’était qu’elle, Yuzu, coincée dans son propre corps, sans son propre esprit, dans un stupide jeu. Un cri bestial et presque inhumain s’échappa de sa gorge. Elle n’était rien, elle n’était personne, qu’une petite flamme de vie parmi les 10 000 autres qui s’étaient retrouvées ici. Rien d’autre qu’une petite luciole piégée dans un bocal d’enfant. Un enfant… Son enfant… Elle ne le verrait plus…

Il faut que je sorte, j’ai un bébé !! j’ai un bébé laissez-moi partir !!!

Elle hurlait à qui voulait bien l’écouter qu’elle était mère, qu’elle devait rentrer s’occuper de son fils, qu’il fallait qu’elle nourrisse son petit Thomas. Il le fallait, c’était son rôle de le protéger… Elle le savait depuis toujours, elle voulait protéger ceux qu’elle aimait, elle voulait devenir forte et indépendante et aller mieux… Et ce type fichait tout par terre… Alors elle hurla, elle hurla comme quand elle était allée en hôpital psychiatrique, elle voulait se briser la voix, mais même après des heures à hurler dans un coin, elle n’avait pas faibli…

23 Janvier 2023

Depuis un moment maintenant, Yagi travaillait avec un groupe de joueurs dont un gars nommé Gardakan qui n’était vraiment pas sympa et qu’elle avait dû payer pour les accompagner. Et là, il disait vouloir aller s’attaquer au boss du dixième palier. Yuzu avait décliné et préférait les laisser faire, elle s’était faite copieusement insulter par certains du groupe jusqu’à ce qu’elle fasse semblant de fondre en larme en leur expliquant qu’elle voulait juste pouvoir un jour voir son fils et qu’il soit aussi intelligents qu’eux, qu’elle voulait lui enseigner la stratégie comme eux la pratiquaient pour qu’il devienne fort. Ils avaient pratiquement fondu sur place et l’avait laissé partir sans la pourrir. Plus tard, elle avait appris que finalement c’était un autre groupe qui était venu à bout du boss et elle avait soigneusement évité la fête, profitant du calme pour aller s’entraîner au premier étage. Elle n’allait de toute façon pas beaucoup plus haut tant qu’elle n’avait pas au moins 5 personnes avec elle et qu’elle n’était pas certaine de s’en sortir vivante.

18 Mars 2023

La vie s’écoulait calmement et Yagi commençait à songer qu’elle devrait peut-être s’installer et faire ce pourquoi elle avait choisi sa classe : protéger des gens. Et en même temps, vendre ses services ce n’était pas le plus facile, elle pensait beaucoup à son fils Thomas et ça la rendait guimauve. Donc elle s’énervait contre elle-même d’être une guimauve et avait du mal à trouver des clients. Elle passait aussi beaucoup de temps à faire le tour des espaces à vendre, curieuse de voir les étales aller et venir, songeant qu’elle pourrait peut-être s’y mettre aussi, changeant d’idée, revenant à la protection puis de nouveau à d’autres services… Elle était à un croisement. Maintenant, elle n’avait plus qu’à choisir qui elle deviendrait, qui elle serait une fois sortie d’ici et quelles aventures elle devrait raconter ou cacher à son enfant et sa famille. Elle pensait souvent à Masako, espérant que la jeune femme s’en sortait avec le magasin et les enfants, que tout allait bien pour elle et que son imbécile de frère prenait soin d’elle correctement. Elle aurait aimé pouvoir entretenir une correspondance, mais il lui était impossible de se lier d’amitié avec quelqu’un suffisamment longtemps pour l’envisager. Alors elle regardait le croisement de sa vie et elle attendait. Elle attendait la solution, elle attendait l’illumination, elle attendait la libération….


Physique x 180 mots min


La petite Yuzu : Étant enfant, la fillette avec des grands yeux, une jolie petite bouche et un petit nez joliment épaté. Elle était rondement potelée, comme tout enfant en bonne santé et elle avait de bonnes joues, de celles qu’on aime à pincer avec affection. Elle marchait un peu gauchement, les pieds entré en dedans et ses petits orteils formaient une pointe dominée par le deuxième orteil au lieu du premier. Ses pieds n’était pas fin, mais plutôt un peu trapu, ses doigts se terminaient par de petits ongles qui avaient tendance à griffer tout ce qui passait à portée de main et ce, même sans qu’elle ne le veuille. C’était une fillette pleine de vie et un peu casse-cou qui s’était déjà fait une jolie fracture au bras à l’âge de 5 ans en tombant d’un jeu dans un parc publique.

La jeune Yuzu : Quand elle avait une quinzaine d’année, Yuzu était une jeune fille d’une bonne taille, elle a cessé de grandir pour atteindre une jolie taille d’un mètre soixante-trois. Elle a toujours été un peu boulotte, rondelette et particulièrement nulle en sport à cause de ça. Elle avait des épaules assez carrées et plutôt lâche, qui retombaient un peu, des bras tout dodus et potelés sans vraiment de muscle parce qu’elle ne les travaillait pas. Elle avait une taille un peu plus fine que le reste de son corps, mais un petit ventre bedonnant, des cuisses larges et épaisses et des pieds à bout pointu. D’ailleurs, c’est son deuxième orteil qui fait le sommet du pied et non le gros, elle a ce qu’on appelle vulgairement le pied grec. C’est important de le répéter, parce qu'elle en a particulièrement honte. La jeune Yuzu se rongeait les ongles à se les arracher, ce qui fait qu’au bout de ses doigts, il y avait toujours un petit morceau de peau qui remontait, comme un coussin. Elle portait ses cheveux très long et généralement lâché, bien que son front soit dégagé par un serre-tête dont elle changeait la couleur quand c’était possible (Elle en possédait en fait trois, un noir qu’elle porte le plus souvent à l’école, un blanc à motif fleuri et un rose pastel).

Yuzu l’étudiante : Pendant ses années d’études, Yuzu a perdu beaucoup de bonnes habitudes. Plongée dans le travail, elle a prit moins soin d’elle qu’avant, ses longs cheveux ont fait place à une coupe très garçonne qui lui demandait moins d’entretiens. Elle s’est mise à grignoter énormément et a donc pris du poids jusqu’à peser quatre-vingt kilos pour son mètre soixante et elle s’est donc retrouvée avec une garde-robe très différente, choisissant des affaires plus sportives pour masquer au mieux ses rondeurs qui ne lui plaisaient pas du tout. Elle s’entendait souvent dire par sa mère, quand elle rentrait chez elle un week-end de temps en temps, qu’elle ressemblait au beau bébé potelé qu’elle était étant toute petite. La jeune étudiante n’a jamais trop aimé ça et, un peu avant la fin de ses études, elle a décidé de subir une opération de gastroplastie pour réduire la taille de son estomac et perdre ces kilos gênants. Elle a également cessé de prendre le bus pour aller en cours, choisissant de privilégier la marche et le vélo pour muscler un peu ses mollets.

Yuzu la jeune femme : Après avoir subi cette opération, Yuzu a perdu énormément de poids et sa peau trop distendue a dû être un peu remodelée pour éviter de trop pendouiller. Ayant trouvé un nouveau boulot, elle a continué à faire un minimum de sport en se déplaçant à pied quand elle le pouvait et privilégiant les escaliers plutôt que l'ascenseur. Elle s’est musclé les mollets qui ont fini par être plus épais et moins féminin, mais c’était plutôt bien rattraper par le reste de son corps. Elle portait souvent des bas avec une jupes droites et une chemise au boulot, c’était encore ce qu’il y avait de plus simple et de plus neutre, même si elle avait généralement une touche de folie dans les boucles d’oreilles qu’elle portait. Grâce à son compagnon, elle s’était constituée une vraie petite collection de boucle d’oreille fantasistes : des petits renards, des hiboux, des perles de couleur en tout genre, les boucles en forme de parchemin, de bouteille, de cookies… Elle avait laissé pousser ses cheveux en un carré très légèrement plongeant avec une petite mèche retombant sur son front avec élégance.

Yuzu la mère de famille : Quand elle était enceinte, Yuzu a repris un peu de poids et ses envies n’ont pas fait bon ménage avec son opération de gastroplastie car, entre les apports nutritionnels nécessaires à son bébé et la taille réduite de son estomac, elle ne se sentait pas toujours très bien après avoir mangé et il lui arrivait parfois de vomir. Une fois qu’elle eut donné naissance à son bébé, ce sont surtout ses cuisses et le bas de son ventre qui ont subit, la peau sous ses bras pend un peu bien que ce soit encore raisonnable, mais son ventre et ses cuisses ont été marqués (sans doute à vie d’ailleurs) de petites vergetures violacées, tiraillant sa peau. Son carré plongeant était devenu un simple carré, beaucoup plus traditionnel avec une mèche un peu plus longue qu’elle coinçait en général derrière ses oreilles. Elle avait laissé tomber les tailleurs pour des vêtements plus à l’aise et portait souvent des pantalons et des jupes longues et larges et un simple top, laissant toujours cette touche de couleur dans les accessoires. Il lui arrive de regretter sa longue chevelure alors elle est devenue complètement fan de la tresse de Masako qu’elle idolâtre, mais elle a vite compris que les cheveux courts lui permettaient moins d'entretien et plus de confort que de long et beau cheveux alors elle a conservé ce choix pratique.

Yagi l’avatar : Elle avait choisi son pseudo par rapport à une vieille blague de son ami Adam qui, l’ayant une fois entendue rire sur une cassette de présentation, lui avait dit qu’elle portait bien son signe astrologique parce qu’elle riait comme une chèvre. Elle ne l’avait pas mal pris, parce qu’elle savait que c’était vrai et par la suite, elle avait simplement pioché dans ce qu’elle connaissait pour se créer une nouvelle apparence. Elle se voulait grande et son avatar était une femme mesurant près d’un mètre quatre-vingt-cinq ce qui lui paraissait immense, mais aussi fort agréable. Ensuite, elle avait pris l’apparence la plus musclée possible bien qu’il resta quelque traces de féminité grâce à la poitrine de l’avatar. La longue chevelure fut choisie rousse, parce qu’elle trouvait que ça collait bien et elle conserva des yeux marrons pour ne pas se sentir entièrement perdue quand elle se regarderait dans une glace. Puis, voyant que ça ne collait pas, elle prit des yeux vert émeraude. Elle avait prit un bouclier et une masse pour coller à son look de guerrière farouche et son envie de se protéger tout en étant capable de rendre coup pour coup. Elle avait voulu tenter une grande double hache, mais malgré le look plutôt qu'elle se trouvait, elle trouvait cette chose impossible à manier. Encore plus complexe que sa masse du moins.

Yagi derrière le miroir : Le miroir fut un coup de massue, on ne pouvait pas mieux l’expliquer. Il lui avait fallu un moment pour se ressaisir et finalement, elle avait choisi de ne pas garder le carré de cheveux noirs qu’elle aurait dû porter et en avait changé la couleur pour revenir à un roux assez pâle et peu agressif, tirant sur le brun. Elle aimait cette couleur qui lui fait penser à Amanda, sa belle-mère qui avait tendance à lui donner le surnom de “Pumpkin”. Elle conserva quand même la couleur de ses yeux d’un noir profond pour rester assez naturelle tout de même, profitant uniquement des avantages à vivre dans un monde virtuel. Ici, elle n’avait pas de repousse de poil à gérer, pas de vergetures, pas de cicatrices, pas de craquelure… Une peau lisse de toute vie, lisse de toute histoire contrairement à la sienne. Elle s’y était fait facilement, ce n’était pas comme si elle s’identifiait par ses vergetures et elle était particulièrement fière d’elle pour avoir mis une gaine le jour du calibrage de l’appareil. Elle avait une jolie petite poitrine (puisqu’elle était censée être gonflée de lait dans son monde) et on ne voyait pas les ravages de son ventre grâce à la culotte magique de grand-mère. Ses bras d’ici n’avait pas la peau flasque, elle n’avait pas des mollets trop gros, elle n’avait pas toutes ces imperfections qui faisait d’elle une femme qui avait vécu. Ici, elle se trouvait belle, elle se trouvait presque parfaite, même si elle aurait aimé être un poil plus grande malgré tout.

Caractère x 180 mots min


“Yuzu ? Yuzu Himeka ? Oui, c’est une de mes patientes régulières. Elle semble être très sentimentale. Elle garde une copie de toutes les lettres qu’elle envoie et elle les classe pour pouvoir suivre sa correspondance et ne pas oublier comment on en est arrivé à parler d’une chose ou l’autre. Sentimentale et un peu dérang... instable  aussi, surtout depuis… enfin depuis le bébé vous voyez ? Ce séjour à l’hôpital psychiatrique lui a fait du bien, mais elle n’y est pas allée assez tôt selon moi, elle aurait dû s’y prendre avant… “

“Je comprends… Mais vous n’êtes pas pro docteur. Vous voyez, quand elle était jeune, c’était une toute autre histoire, ma Yagi était très différente :


  • Elle était aventureuse : elle aimait l’idée de voyager, les jeux de pleins airs, la randonnée, la montagne et elle aimait profiter de ses vacances pour sortir et partir faire un tour des belles villes et des temples. Elle faisait des balades en forêt, elle campait… Et quand elle avait eu un petit boulot à mi-temps à côté de ses cours, elle avait aussi profité de certaines sorties pour faire du saut à l’élastique. Elle était un peu sauvage.
  • Elle était curieuse : passionnée de découverte, de sciences, de langues… Absolument tout ce qui lui était inconnu devenait une source d’admiration et de recherche, elle passait des heures à farfouiller dans les livres et sur le net pour apprendre de nouvelles choses.
  • Elle était survoltée : Pas moyen de la tenir en place une minute, même quand il le fallait. C’était le genre d’ado qui avait la bougeotte, elle gigotait toujours la jambe en classe, elle sautillait toujours sur place en gym et pourtant, elle était totalement nulle. Elle était toujours joyeuse, toujours pleine de vie et toujours prête à faire les 400 coups.
  • Elle était franche : Pour elle l'honnêteté était une des valeurs fondamentales de la vie, elle était la première à dire quand quelque chose n’allait pas où que les personnes se trompaient dans ce qu'elles disaient. Cependant, ça lui a valu plusieurs problèmes de communication parce qu’elle manquait cruellement de tact, elle était du genre à dire les choses trop franchement et parfois trop méchamment aux mauvaises personnes et à s'attirer des ennuis.
  • Elle était malicieuse : elle aimait faire des bonnes blagues aux gens, mais aussi des blagues de mauvais goût. Tout pour rire et plaisanter. Elle aimait aussi les petits glaçons avec de faux insectes au centre, les faux serpents, les araignées en plastique…
  • Elle n’avait pas confiance en elle : À l’époque, la moindre remarque pouvait la démolir, même si elle faisait la fière, elle était la première à rire d’elle-même pour éviter que les autres ne le fassent à sa place. C’était facile de lui faire du mal sans s’en rendre compte et de finir avec une nana hystérique en larmes qui refusait de vous parler. Je me souviens de la fois où Edmond, mon cousin, avait fait une blague sur les grosses, d’une fille ronde qu’on pouvait pousser dans les escaliers pour qu’elle roule sur elle-même et Yuzu avait pris la remarque pour elle… Je crois qu’il se souvient encore de la gifle qu’il a reçu."


“La jeune femme que j’ai reçu dans mon bureau à l’époque de son recrutement était quelqu’un de très motivé, elle était vive d’esprit et capable d’initiative. Même si elle restait toujours très professionnelle et très discrète, c’était une personne très différente à la sortie du bureau. Je l’ai croisée une fois faire ses courses avec son compagnon et elle avait un drôle de bonnet rose à fluche  avec oreille de chat intégrée et elle était aux rayons des jouets d’enfants à danser en sautillant sur une petite musique d’un des jeux. Elle ne m’a pas vue, mais ce jour là j’ai compris que pour elle, la vie professionnelle et la vie privée n’avait rien en commun et que si elle se montrait au travail dans des habits classiques et sombre, elle pouvait être du genre à porter un poncho multicolore chez elle. J’ai connu une femme droite dans ses bottes, travailleuse, discrète et très concentrée. Le genre de femme qui remplit ses objectifs et qui, en fin de journée, n’a pas de boulot à ramener à la maison, le genre de femme qui reste plus tard au bureau pour s’assurer que tout est prêt. Mais après cette fausse couche et son arrêt maladie, elle est revenue changée. La femme pleine d’énergie que j’ai connu semblait éteinte, réalisant ce qu’elle avait à faire sans y réfléchir vraiment et s’arrêtant à ses heures de bureau. Elle avait toujours une organisation, mais elle était différente, ce que je pouvais comprendre… Moi aussi j’ai perdu un enfant… Accident de voiture je… excusez-moi...”

“Aujourd’hui la demoiselle qui a quitté mon cabinet n’est pas encore tout à fait remise. C’est terrible à dire, mais la perte de son enfant en plus de celle de son mari couplée à une personnalité un peu borderline à la base a fait qu’aujourd’hui, je la vois comme une jeune femme plus destructrice que stable. Je sais de source sûre que certain traits de caractère qu’elle a ne lui permettront pas une vie calme à laquelle elle aspire pourtant :

  • Hypocrite : Je sais qu’elle ne dira jamais en face à quelqu’un qu’elle ne l’apprécie pas et qu’elle rechigne parfois à le dire dans son dos également. Elle semble tout garder à l’intérieur d’elle jusqu’à ce que tout explose. Elle a dit à ma secrétaire que j’étais un sombre crétin. Et elle ne s’est excusée que de le dire à quelqu’un, pas de l’avoir pensé quand je l’ai confrontée.
  • Instable : Malgré son retour au japon, je pense que la demoiselle doit continuer son suivi psychologique si elle veut s’en sortir.
  • Lunatique : Je l’ai vue, pendant plusieurs de nos séances, passer d’un bonheur au plafond au désespoir d’un puit sans fond.
  • Rancunière : Elle n’oublie pas. Jamais. Elle m’a parlé d’une fois où un de ses camarades de classe avait fait une blague sur les grosses et elle semblait toujours prête à lui arracher les yeux.
  • Excessive : Elle prend tout à l’extrême, elle aime à l’excès, elle hait à l’excès…
  • Revancharde : Dès qu’elle peut frapper là où ça fait mal, elle le fera si on lui a donné une “bonne raison”.
  • Douce : Il faut la voir parler de son mari, c’est une des rares choses qui semble pouvoir la calmer et la rendre aussi douce d’une crème de chocolat.
  • Incohérente : Ne me demandez pas pourquoi, mais c’est la dernière personne à donner de l’argent à un SDF alors qu’elle est la première à laisser des légumes de son jardin en libre service dans un petit cageot devant sa maison.
  • Violente : Envers elle-même autant qu’envers les autres, quand elle est énervée ou en colère, elle ne mesure pas ses coups ce qui est assez inquiétant si l’on considère qu’elle doit rester intégrée dans la société.
  • Passionnée : Quand elle parle de son mari ou de son potager, elle pourrait en parler pendant des heures avec amour, enthousiasme et affection.
  • Malicieuse : Elle semble aimer les bonnes blagues et la taquinerie, elle semble le faire beaucoup avec la femme de son frère, Masako, qu’elle semble considérer comme sa propre soeur. Elle m’a raconté qu’elle aimait arriver derrière “sa soeur” sans faire de bruit et la surprendre en l’attrapant à la taille.
  • Travailleuse : C’est tant une qualité qu’un défaut dans ce cas, puisqu’elle fait ce qu’elle a à faire, mais qu’elle m’a avoué qu’elle avait réussi à torpiller le projet d’un collègue qui l’avait minée en soulevant tous les points trop peu exploité de son projet devant leur directeur, dans une discussion de couloir avant la réunion.
  • Obstinée : Je lui ai plusieurs fois demander d’abandonner son projet de magasin pour se concentrer sur sa guérison, mais (si vous me passez l’expression) elle est têtue comme une mûle.
  • Intelligente : Yuzu Himeka est tout de même une personne intelligente et pleine de curiosité, elle s’y connaît en langue, en jardinage et aussi en biologie.


Quand j’ai appris que Yuzu faisait partie des personnes coincées dans Sword Art Online, je dois vous avouer que j’ai eu très peur de savoir comment votre amie pourrait tourner. J’espère que l’impact psychologique ne sera pas trop dévastateur et qu’elle ne commettra pas l’irréparable. Il ne me reste qu’à espérer qu’un de mes confrères puisse la soutenir de l’intérieur durant cette épreuve...


More About You

Bonjour à tous ! Mon petit nom c'est Yagi et j'ai 24 bougies à mon actif. Mais ce n'est pas tout ! Je suis un(e) pomme et oui ! Prend garde à moi car je n'aime pas les araignées, les vers de terre et les choux de bruxelles alors évites moi si tu as toutes ces choses avec toi <3. Mais si tu as des blagues et du chocolat  alors viens, je t'accueillerais à bras ouvert ! Je suis arrivé ici grâce à la perdition de mon âme et d'ailleurs je trouve ce forum chronophage ?
Une dernière chose qui s'adresse aux petits admin d'ici, j'ai bien lu votre règlement, la preuve :

Et donc me voici maintenant présenté !
©️ FICHE CRÉÉE PAR REIRA DE LIBRE GRAPH'


Dernière édition par Yagi le Lun 21 Aoû - 16:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Combattant

avatar

Je m'appelle Kirito et je suis Combattant


Messages : 876
Date d'inscription : 01/05/2014


Feuille de personnage
Âge: 14
Anniversaire: 7 oct

MessageSujet: Re: Yagi la chèvre Ven 18 Aoû - 15:31

Bienvenue sur le forum!
Ta fiche semble complète et le code est bon, mais tu as mis deux avatars différents dans la présentation (Kyoko Honda est celui de ton avatar il me semble), lequel des deux veux-tu garder? Une fois ceci rectifié je pourrai te placer à évaluer.

_________________
©️ by Ayura
Couleur d'écriture: #000066
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paladin

avatar

Je m'appelle Yagi et je suis Paladin


Messages : 71
Date d'inscription : 18/08/2017


Feuille de personnage
Âge: 31
Anniversaire: 06/08/1991

MessageSujet: Re: Yagi la chèvre Lun 21 Aoû - 16:56

C'est fait merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voleur

avatar

Je m'appelle Akayuri et je suis Voleur


Messages : 448
Date d'inscription : 20/03/2016


Feuille de personnage
Âge: 18
Anniversaire: 5 mai

MessageSujet: Re: Yagi la chèvre Mer 23 Aoû - 17:07

Evaluation réalisée par Shade (en noir) et moi-même en couleur !

Longueur 4/4
Plus du quadruple pour toutes les parties ! Bravo

Cohérence 3/4
Physique : Tu dis avoir de longs cheveux noirs et raides. Ton avatar montre clairement des cheveux blonds :/ Non non, c’est bien expliquer qu’elle choisit d’être rousse dans le physique, aucun souci. ^^
Attention, jeune Yuzu mesure 1 mètre 63 et Yuzu étudiante plus que 1,60m. Dommage.
Histoire : Alors les années 90 ne sont pas si bien à vivre que ça au Japon. Même si Pokemon sort en 98-99, y'a quand même le gros séisme de Kobe en 95. Cependant, je ne compterai aucun point ici. Simple bémol que j'apporte.
Il n'y a pas vraiment d'indications d'éloignement entre la maison de tes parents et la gare où tu raccompagnes Adam. Mais Le timing peut devenir limite limite pour se reconnecter à temps. (Aucun point enlevé ici aussi).
Ton histoire donne envie d’en apprendre plus sur la jeune femme, mais il y a tellement de détails qu’on ne peut pas te le reprocher ! Je trouve bizarre qu’elle ne parle pas plus de son opération, mais elle est bien expliquée dans le physique. (D’ailleurs de mon point de vu elle n’est pas assez corpulente pour subir une telle opération, mais soit…)

Originalité 4/4
Qu'on soit clairs, niveau originalité, c'est LA fiche la plus surprenante que j'ai jamais lu. Le style épistolaire pour l'histoire et la partie caractère vue de l'extérieur. On a aussi une histoire touchante entre deux correspondants qui ne finissent du coup pas ensemble et qui restent amis alors qu'on a très envie de les voir dans les bras l'un de l'autre. Belle surprise même si ça me rend triste pour ces deux-là.
Le choix de la classe, de l’arme, l’âge, avoir un enfant, ne pas avoir une taille mannequin,  bref… Beaucoup de points très originaux, bravo !

Auto-modération 3,5/4
Elle s'en sort finalement assez bien mais a perdu son mari et son premier gamin. Elle retourne vivre chez ses parents et surtout, elle est coupée de son enfant. Je rajoute un demi-point parce qu’on voit que le personnage était très travaillé même si on a l’impression qu’il lui arrive beaucoup de malheurs, elle est assez bien équilibrée.

Qualité de la langue 3/4
Des petits ratés au niveau des conjugaisons, ce qui est vraiment dommage. Mais c'est très très lisible.
J'ai enlevé un autre demi-point pour une tournure hasardeuse du terme "copie de jeu". Il faudra attendre plus loin pour être sûr qu'un "exemplaire de jeu" représente pour toi "une copie". Une copie selon moi a une connotation "illégale" et "piratée". Un exemplaire, c'est un jeu acheté parmi d'autres. Je voudrais rajouter que le style correspond parfaitement au personnage, c’est pas tous les jours qu’on lit une fiche à base de correspondance et c’est magnifiquement fait. J’ai vu quelques légères fautes mais rien de bien grave. Merci pour cette qualité !


Ce qui fait 17/20 pour moi ! (17,5 pour moi mais on arrondi à l’inférieur donc cela donne le même résultat final) Soit un niveau de départ de 20 ! Merci beaucoup pour cette fiche. Ce fut un réel plaisir. Et le staff sait que je n'aime pas lire pourtant !! Fiche technique et compétences, et tu peux aller rp avec ta chèvre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Je m'appelle Contenu sponsorisé et je suis



MessageSujet: Re: Yagi la chèvre

Revenir en haut Aller en bas

Yagi la chèvre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sword Art Online - Rpg :: -Avant de commencer- :: Présentations :: Présentations validées-